Patrick Vignal, député de l'Hérault decembre 2020
Le Rendez-Vous. Patrick Vignal, député de l'Hérault décembre 2020 ©lemouvement.info
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur telegram

[VIDÉO] Un entretien sans filtre avec Patrick Vignal, député de la 9e circonscription de l’Hérault

VOIR AUSSI : Le Rendez-Vous avec Benjamin Téoule : Loi Sécurité globale, « ce que le Collectif demande, c’est le retrait tout simplement »

Au sommaire de ce numéro : le retour du député sur ses terres de la 9e circonscription de l’Hérault, sa potentielle entrée en dissidence face à la loi « Sécurité Globale » et la gestion de la crise du Covid-19 (?) et son horizon électoral (?)

« L’usage disproportionné de la force par des éléments de la police témoigne d’une crise et d’un malaise profond au sein des forces de l’ordre. »

Dans une tribune, le député LaREM explique, « cet article est une entrave à un principe constitutionnel fondamental, celui du respect de la liberté de la presse. » « Réelle source d’insécurité pour la presse, le risque majeur de cet article est de générer des abus en termes d’interprétation : avant même que cela arrive devant le tribunal et devant le juge, ce sont les policiers sur le terrain qui interprèteront si oui ou non, le fait d’être filmé à un moment donné peut être éventuellement constitutif de ce délit. Il laisse la liberté totale aux policiers et gendarmes sur le terrain d’empêcher des gens de filmer. »

« La violence policière n’est pas une violence ordinaire. Elle prend un sens beaucoup plus grave, venant de fonctionnaires représentant l’État. En effet, l’État est le seul dépositaire, au nom des citoyens, et contrôlé par ceux-ci, du « monopole de la violence physique légitime » tel que défini par Max Weber. Or, quand les règles qui définissent cette légitimité sont enfreintes, c’est la légitimité de l’État qui est atteinte directement. S’il ne respecte pas ses propres règles, alors pourquoi ses citoyens devraient-ils les respecter ? Le désordre de l’État, c’est le chaos de la société. »

La loi très controversée sur la « sécurité globale » a été adoptée à l’Assemblée nationale, en première lecture, mardi 24 novembre, à 388 voix pour et 104 voix contre. Dans l’Hérault, les députés Patricia Mirallès, Coralie Dubost, Jean-François Eliaou, Philippe Huppé, Emmanuelle Ménard, Christophe Euzet, Nicolas Démoulin ont voté pour. La députée Muriel Ressiguier a voté contre. Le député Patrick Vignal s’est abstenu.

[VIDEO] Le Rendez-Vous avec Patrick Vignal : « Ça fait 30 ans qu’il y a de la lâcheté, 30 ans que l’on a abandonné le service public »

 

Partager l'article :

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur telegram
À LA UNE

Covid-19 : Gabriel Attal en visite dans l’Hérault pour défendre la politique du gouvernement

L’Hérault est sévèrement touché par la reprise épidémique (quatrième de France), avec un taux d’incidence de 525 cas pour 100 000 habitants. Alors que la France vient de franchir le...

Cinéma en plein-air : Un mois d’août à Saint-Quentin-la-Poterie

Cet été, les Toiles du Sud et l’Office Culturel proposent quatre projections de films à découvrir en plein air. Le rendez-vous est fixé au Parc Chabrier, près de la place...

SOUTENEZ LE MOUVEMENT

Soutenez Le Mouvement !

Votre don est défiscalisable à hauteur de 66% !

Je participe
VIDÉO, INTERVIEW, ÉMISSIONS​
LES PLUS LUS
ANNONCES LÉGALES