Illustration (© AM)

Une web-conférence sur la « Malscience » aura lieu mercredi 2 décembre à 20h30 sur la chaîne YouTube de la Carmagnole

VOIR AUSSI : Sète Aggloppôle : « Plan Climat Air Énergie Territorial », vers une transition écologique ?

2% des scientifiques reconnaissent avoir inventé ou falsifié des données, ce qui fait pas moins de 140 000 chercheurs fraudeurs de par le monde.

Ce sont les secteurs de la biologie et de la médecine qui sont les plus touchés. Ces fraudes peuvent amener à des conséquences graves puisque ces secteurs traitent de la santé, de la vie, et de la mort.

« Est-il acceptable que de nouveaux médicaments soient testés, et peut-être autorisés, sur la base d’expériences plus ou moins truquées ? »

La littérature scientifique en biologie et en médecine, mais aussi en physique et en chimie, serait gangrenée par des articles toxiques.

Dans son dernier livre « Malscience – De la fraude dans les labos« , Nicolas Chevassus-Au-Louis, aborde ce sujet. Il revient ainsi sur une série de scandales internationaux et se propose de réfléchir aux causes de ces dérives et aux moyens d’y remédier.

Partager l'article :