#Coronavirus : « L’économie ne doit ni s’arrêter ni s’effondrer », a souligné hier le président de la République Emmanuel Macron, après avoir annoncé un reconfinement national pour « donner un coup de frein » à la propagation de la Covid19.

Un mois de confinement qui débute ce vendredi 30 octobre 2020 où le travail devra continuer : « vous pourrez sortir pour travailler », a précisé Emmanuel Macron lors de cette allocution télévisée. En précisant : « partout où c’est possible, le télétravail sera à nouveau généralisé. »

Les « commerces non essentiels » vont fermer partout dans le pays

En clair : « les guichets des services publics resteront ouverts, les usines, les exploitations agricoles, les bâtiments et travaux publics continueront de fonctionner. » En revanche, les bars, les restaurants et les « commerces non essentiels » vont fermer partout dans le pays.

« Si d’ici 15 jours, nous maîtrisons mieux la situation, nous pourrons alors réévaluer les choses »

Attentif : « je sais que beaucoup de commerçants espéraient ne pas fermer, je sais que pour les commerces de centre-ville, je demande un très gros effort. Tenons-le avec beaucoup de rigueur pendant 15 jours […] Si d’ici 15 jours, nous maîtrisons mieux la situation, nous pourrons alors réévaluer les choses, et espérer ouvrir certains commerces, en particulier dans cette période si importante, avant les fêtes de Noël », a ajouté Emmanuel Macron.

VOIR AUSSI : Mémo des jours de confinement COVID19

Un « plan spécial » dédié aux travailleurs indépendants, aux commerçants, aux TPE et aux PME

Le gouvernement a prévu de mettre en place un « plan spécial » dédié aux travailleurs indépendants, aux commerçants, aux TPE et aux PME, pour faire face à ces nouvelles restrictions qui risquent de créer de nouvelles difficultés pour une majorité d’entreprises déjà fragilisées par la crise sanitaire. Emmanuel Macron a ajouté que pour les salariés qui ne pourront pas travailler, reste en vigueur le chômage partiel. Et côté employeurs : « nous compléterons par des mesures de trésorerie pour les charges, les loyers des prochaines semaines ». Un plan sera vraisemblablement plus détaillé qu’en mars dernier : « pour nos petites entreprises fermées administrativement… la prise en charge jusqu’à 10.000 euros par mois de leur perte en chiffre d’affaires », a précisé le Président à propos de cette protection économique.