[Communiqué de presse] Déclaration de La France Insoumise : Pour une fédération populaire de l’Hérault

Illustration France insoumise (CR LFI)

Nous ne nous satisfaisons pas de l’ordre injuste et cruel dans lequel s’enfonce notre pays.

Accentuées par la crise sanitaire, les politiques libérales frappent durement, plus encore sur l’Hérault qu’ailleurs. Améliorer le quotidien, construire l’espoir en l’avenir, sont possibles mais inconciliables avec l’abstention. Ainsi, pour que « le monde d’après » ne soit pas pire que l’actuel, chacun, avec un bulletin de vote, peut bousculer fermement le fatalisme, l’égoïsme et les profiteurs.

En mars 2021 auront lieu les élections régionales et départementales. Elles sont une opportunité pour faire face à l’urgence sociale et la bifurcation écologique qui s’imposent à nous.

Nous défendons un projet fondé sur des valeurs humanistes, écologistes, démocratiques et de solidarité. Notre démarche dans l’Hérault est à l’image de la fédération populaire d’Occitanie : https://www.occitaniepopulaire.fr/).
Cet appel populaire pour l’Hérault est la première étape concrète et locale d’un projet plus large et fédérateur entre autres pour les prochaines échéances électorales présidentielles et législatives.

Les causes communes seront portées ensemble afin d’assurer une continuité territoriale dans nos actions. Ainsi, parce que tout le monde doit avoir accès aux soins, nous créerons un centre départemental de santé. Des médecins salariés par le Département seront déployés dans les quartiers populaires et les territoires ruraux pour mettre fin aux déserts médicaux.

Nous anticiperons le choc démographique du vieillissement inédit de notre population en favorisant le développement de formules innovantes et humanisantes face à l’accroissement de la dépendance, en garantissant aussi une formation continue appropriée et un salaire digne aux personnels des métiers du soin à la personne.

Nous investirons massivement dans les collèges publics en matière de culture, d’écologie et de déploiement des valeurs de la République pour en faire des lieux sanctuarisés d’épanouissement. La restauration scolaire y redeviendra à taille humaine : ce sera le retour des cantines de proximité, alimentées en circuit court et à terme en 100 % bio avec des tarifications sociales commençant par la gratuité pour les plus fragiles.

En ce sens, nous proposons une véritable reconquête agricole, par une politique ambitieuse d’acquisition foncière. Les terres ainsi acquises seront mises à la disposition de paysan.ne.s, pour renouer avec une production vivrière locale, respectueuse de la biodiversité, leur permettant de vivre dignement. Nous accompagnerons avec détermination et scientifiquement les filières dans leurs efforts pour sortir de l’agriculture chimique. Cette politique foncière ambitieuse sera aussi déployée pour contrer l’abandon des centres des villages et des villes. Notre politique écologique planifiée s’appuiera sur une commission scientifique et citoyenne qui aura pour objectifs l’organisation de la réponse aux défis climatiques et à la perte de la biodiversité.

Notre département doit être celui des solidarités renouvelées, nous donnerons les moyens aux services départementaux d’agir en faveur des publics fragiles : revenu de solidarité active, allocation personnalisée d’autonomie, protection maternelle et infantile, contre les violences faites aux femmes, aide aux personnes handicapées… dans le respect de la dignité de tous. Nous porterons ainsi une culture de l’émancipation où les bénéficiaires deviendront des actrices et acteurs de la mise en place de ces politiques publiques.

Cette solidarité s’entendra aussi dans un rééquilibrage des territoires : nous soutiendrons les communes et les intercommunalités, notamment en milieu rural. Ce soutien s’exercera dans le cadre d’une politique d’accompagnement claire, en rupture avec toute forme de clientélisme. Une attention toute particulière sera portée aux problématiques de l’eau et de l’assainissement (qualité de la ressource, rénovation des réseaux, ingénierie pour le retour en régie publique…) et à la lutte contre la pauvreté.

Enfin, nous proposons un véritable renouveau démocratique : ainsi, nous mettrons en œuvre le référendum local d’initiative citoyenne qui aura le pouvoir de révoquer les élus et de se prononcer sur les grands projets départementaux. Nous créerons une Assemblée Citoyenne Départementale, tirée au sort, qui aura pour mission de faire des propositions, de donner un avis motivé sur le budget, d’intervenir lors des assemblées plénières du Conseil Départemental. Tout cela ne pourra se concrétiser sans une transformation radicale du fonctionnement de l’institution. Il s’agit donc de la construction d’un Département à la fois plus proche des gens et plus solidaire. Une des premières mesures sera de réduire significativement le train de vie en passant au crible les frais de représentation, communication, relations publiques…

  • Chaque euro départemental doit être un euro utile à la justice sociale et à la bifurcation écologique.
  • Chaque euro doit servir le bien commun, pour faire face aux défis d’aujourd’hui et de demain !

Par cette déclaration nous décidons de porter en Hérault ces causes communes et nous nous adressons aux citoyennes et aux citoyens engagés dans les combats écologiques, sociaux, démocratiques et républicains, avec les gilets jaunes, les membres des associations, ONGs, syndicats et avec les forces politiques qui partagent ces objectifs.

Il est possible selon nous d’agir avec toutes celles et tous ceux qui inscrivent leur action dans la construction de « jours heureux » tournant ainsi la page des politiques d’accompagnement des conséquences du libéralisme économique.

Fédérons-nous pour un Département humaniste, solidaire, écologique et démocratique !

  • Aux régionales, je vote pour Occitanie populaire,
  • Aux départementales, je vote pour Hérault Populaire

Stéphanie Andral, Matthieu Brabant, Nathalie Oziol, co-référent.es LFI pour les élections régionales et départementales pour l’Hérault