Sète : « Jamais trop Thau » pour la préservation de l’étang

Sète : « Jamais trop Thau » pour la préservation de l’étang (CR LLS)

 « C’est une formidable aventure et elle n’est pas terminée ».

VOIR AUSSI : Le Rendez-Vous avec Michaël Delafosse : « ma responsabilité, c’est d’essayer de surmonter les épreuves et de protéger la population »

Christophe Lalia, professeur de français et d’histoire du lycée de la mer Paul Bousquet de Sète, n’est pas peu fier de ses élèves qui viennent de remporter le titre de Lauréat 2020 (ex-aequo) du festival Lumexplore (festival du film d’exploration scientifique et environnementale) de la Ciotat pour leur film Jamais trop Thau.

Ce documentaire de sept minutes (temps imposé pour concourir) est issu d’un projet pédagogique axé sur la préservation de l’étang de Thau, notamment contre la pollution plastique et impulsé par plusieurs professeurs de l’établissement situé dans le quartier du Barrou.

Après une première rencontre déterminante avec Patrick Deixonne de l’association 7e Continent qui lutte contre ce fléau, les élèves de la classe de 1re Cultures Marines ont décidé de troquer la plume contre une caméra afin d’évoquer le problème de la pollution dans leur environnement proche.

Cap sur Mèze…en goélette pour un stage de 3 jours afin d’échanger avec les professionnels et acteurs* de cet environnement aussi magique que fragile et souvent malmené. 

Afin d’étoffer et enrichir leur enquête, l’association Les Amis du Musée de l’étang de Thau de Bouzigues, qui dispose d’images collectées par l’INA sur l’étang, leur a proposé de puiser dans ce fonds et d’associer à leur œuvre filmique le regard d’un cinéaste professionnel : Arnault Labaronne.

« Dans ce petit film, les jeunes alertent non seulement les citoyens, mais aussi les politiques, les industriels, précise Christophe Lalia. Il s’agit en effet de responsabilité individuelle, mais aussi de responsabilité collective. Mais le tout est empreint d’optimisme ».

Aujourd’hui en terminale, les élèves n’entendent pas s’arrêter en si bon chemin : ils ont le projet de diffuser le film dans les écoles du territoire et organiser des débats dans les classes sur le sujet.

Leur projet a été retenu par la Région et soumis à un budget participatif afin de pouvoir réaliser les affiches et flyers, graver le DVD, faire leur tournée, etc… (budget estimé à 4000 euros).

L’aventure ne fait que commencer pour les élèves du lycée Paul Bousquet…

*Marc Isoird, conchyliculteur, Christian Tirman, directeur de la Coved de Mèze, Brigitte Cohen, Observatoire du Pays de Thau, Henry Fricou, maire de Mèze, Bibi, plasticien, Agnès Gerbe, Festival de Thau, etc…