La copropriété du Château Vert, construite dans les années 60, a permis à de nombreux Sétois(es), d’origine modeste, de devenir propriétaire de leur logement grâce à l’engagement d’une municipalité de gauche conduite par Monsieur Pierre Arraut. 

Depuis, bien du temps a passé, mais ces dernières années avec François Commeinhes, cette résidence populaire n’est plus considérée.

En 2016, la convention liant la copropriété à la ville pour l’utilisation du domaine privé donnant accès à l’école Eugénie Cotton, à la Halte-Garderie et au jardin de la Pierrerie, est dénoncée, sans concertation par la ville, le jour-même où une participation financière pour l’entretien de ces accès lui a été demandée, laissant la copropriété en assurer, seule, l’entretien.

En 2018, c’est la taxation des déchets verts et encombrants déposés en déchetterie, assimilant la copropriété à une entreprise à but lucratif qui a été mise en place, ce qui a provoqué une charge supplémentaire de 2600 €.

En 2019, c’est l’imposition d’une surtaxe d’assainissement de 36€ par logement, soit 36000€ qui a été appliquéE, mais c’est également le transfert de l’éclairage public au privé (SOGETRALEC), avec, à la charge de la copropriété, une remise aux normes d’un montant de 24000€.

Toutes ces informations récoltées suite à des rencontres avec des copropriétaires et locataires du quartier, confirment l’absence de dialogue entre la ville et les représentants de la copropriété qui a débouché sur des décisions pénalisantes et prises unilatéralement, à l’encontre des Sétois(es) du Château Vert.

Si nous sommes élus, nous remédierons à cela. Nous nous engageons à rencontrer la copropriété et tous les habitants, afin de rétablir des rapports de concertation et remettre à plat ces dossiers et les liens conventionnels entre la ville et la copropriété du Château Vert.

Véronique Calueba
Candidate et tête de liste « Ensemble pour Sète »