Les UD réunies se 22 juin 2020 appellent les syndicats à organiser des réunions d’informations, si possible en inter-syndicale, et à réunir partout les conditions de l’unité d’action pour la satisfaction de leurs revendications. Cela dès maintenant et très régulièrement pendant toutes les semaines à venir. 

Les UD du Gard appuient et soutiennent leurs syndicats qui s’engagent dans l’action contre les régressions mises en place par le patronat et le gouvernement. Elles encouragent les syndicats à réunir leurs instances afin de préparer et d’organiser la riposte contre les régressions sociales que patronat et gouvernement annoncent déjà.

Les UD encouragent l’ensemble des secteurs professionnels à se soutenir mutuellement car les victoires des uns sont intimement liées à celles des autres.

Le 16 juin dernier, parce que la Santé c’est l’affaire de tous, les salariés de tous les secteurs professionnels ont massivement soutenu les personnels de Santé (plusieurs milliers dans le Gard, et plusieurs centaines de mille partout en France).

Parce que l’éducation des jeunes est l’affaire de tous également, les UD appellent l’ensemble des secteurs professionnels à soutenir le personnel de l’Education Nationale qui manifestera partout en France ce mercredi 24 juin pour :

  • le retrait du dispositif 2S2C (fin du statut) et refus des conventions avec les collectivités ;
  • le maintien de l’ensemble des missions du service public d’éducation dans le cadre de l’Éducation Nationale (E.P.S et sport scolaire, disciplines artistiques et culturelles, service public de l’orientation …) ;
  • l’annulation des suppressions de postes et création des postes nécessaires car investir dans l’éducation est un gage pour l’avenir de la société ;
  • la titularisation des contractuels et recours à la liste complémentaire dans le 1er degré ;
  • le recrutement d’enseignants spécialisés en nombre suffisant ;
  • l’abandon de tout projet de loi instaurant une fonction ou un statut de directeur d’école ;
  • l’abandon de tout dispositif instaurant le caractère obligatoire du travail numérique à distance ;
  • la levée de l’état d’urgence sanitaire et refus de son prolongement ;
  • le développement d’une médecine de prévention indépendante de l’employeur ;
  • l’augmentation immédiate du point d’indice de 18% (compensant la perte de pouvoir d’achat depuis 2000) et rattrapage de +60 pts dans les grilles indiciaires ;
  • l’abandon du jour de carence pour tous les fonctionnaires.

Ripostons tous ensemble et dès maintenant, en engageant son syndicat dans la lutte et en participant au : 

Rassemblement mercredi 24 juin à 14h30 au n°58, rue Rouget-de-Lisle à Nîmes (devant la Direction des Services Départementaux de l’Education Nationale)