Frontignan : Le match des municipales se fera entre Arrouy et Prato

Michel Arrouy, « La Gauche Rassemblée » (CR Michel Arrouy)

Arrivé en troisième positon lors du premier tour de l’élection municipale, le 15 mars dernier, Olivier Boudet (13,11%)  a décidé de jeter l’éponge, samedi, suivi de peu, lundi, par Thibaut Cléret-Villagordo arrivé en quatrième position (12,63%).

VOIR AUSSI : Municipales, un second tour le 28 juin 2020 : aux urnes, citoyens !

Samedi 30 mai, le candidat centriste, Olivier Boudet a annoncé, presque sans surprise, qu’il se retirait de la course à la mairie. Le 1er juin, c’est le candidat divers droite, Thibaut Cléret-Villagordo qui a décidé de jeter l’éponge.

Il ne reste donc plus que deux candidats qui s’affronteront pour être le futur maire de Frontignan la Peyrade, Michel Arrouy de la liste Passion Frontignan-la-Peyrade (Divers Gauche) et Gérard Prato de la liste (Rassemblement National) Agir pour Frontignan-La Peyrade.

Olivier Boudet appelle à « faire barrage au Rassemblement national »

Arrivé en 3e position, le candidat centriste a décidé de prendre cette décision pour faire barrage au candidat soutenu par le Rassemblement National.

Une position un peu différente du côté de Thibaut Cléret-Villagordo, qui a décidé de se retirer de la compétition, mais de ne pas donner de consigne de vote. Tout en rappelant dans une publication Facebook qu’à « titre personnel je serai toujours opposé aux extrêmes c’est pourquoi j’appelle chacune et chacun à voter contre et à faire preuve d’apaisement dans une période où nous en avons tous besoin ».

Un « barrage républicain » auquel plus personne ne croit, pour Gérard Prato.

Le candidat soutenu notamment par le Rassemblement national arrivé en deuxième position (27,96 %), loin derrière Michel Arrouy (40,91%) fustige les retraits et toute notion de barrage républicain.

« Cet appel n’a aucune justification, car mon projet est totalement républicain (je souhaite notamment renforcer le rôle de l’opposition et organiser des referendums locaux). Je ne propose rien d’extrémiste pour notre ville, comme chacun peut le vérifier en consultant mon programme ».

Quoi qu’il en soit, à présent seul face à Michel Arrouy, il est clair que sa campagne s’annonce complexe. Affaire à suivre.