Occitanie : Huit associations d’étudiants en soins infirmiers demandent le versement, pour tous, d’une aide exceptionnelle

Illustration de soins (CR)

Huit associations d’étudiants en soins infirmiers de la Région Occitanie demandent dans un communiqué que « chaque étudiant·e en soins infirmiers ayant été mobilisé·e dans ce contexte bénéficie du versement » de l’aide exceptionnelle de 1200 euros mise en place par la région Occitanie.

VOIR AUSSI : Déconfinement : Début d’un retour à la normale, dès le mardi 2 juin ?

Annoncée par la présidente de la Région Occitanie, Carole Delga, le 17 avril 2020, cette aide est destinée aux étudiants infirmiers et aides-soignants des unités Covid. Et c’est là que le bât blesse pour les huit associations, car « c’est l’ensemble du système de santé de la Région Occitanie qui a été impacté ».

Pour les ESI, indemnisés entre 0,80€ à 1,42€ de l’heure selon l’année de formation, « cette scission d’indemnisation au sein de notre Région accentue la précarité étudiante déjà trop présente sur notre territoire. Les ESI comme les professionnel·le·s ont dû subir les modifications que la crise sanitaire a engendrée. De ce fait, nous demandons que chaque étudiant·e en soins infirmiers ayant été mobilisé·e dans ce contexte bénéficie du versement de cette aide exceptionnelle ». Ceux-ci déplorent aussi que de nombreux ESI ont été contraints de laver leurs tenues à leur domicile, avec le « risque d’importer le virus chez nous et d’exposer par la même occasion nos proches ».

Pour ces étudiants, les conditions d’encadrement impactées ont aussi été fortement encadrées par la crise sanitaire, « plusieurs services de santé ont assuré le suivi et l’accompagnement des ESI en stage à travers la crise sanitaire. Seulement, de nombreux·euses ESI se sont vu imposer une réquisition hors du cadre réglementaire défini dans le cadre de la crise sanitaire. Ces étudiant·e·s ont donc été mobilisé·e·s pour pallier au manque d’effectifs des services. Cela cause directement une interruption dans la continuité de la formation pratique et met en difficulté les ESI qui sont, pour beaucoup, à quelques semaines de l’obtention du diplôme. […] Nous sommes prêt·e·s à faire des concessions sur les actes effectués lors des temps de stage mais nous déplorons que l’aspect pédagogique de la mobilisation en service n’ait pas été conservé ». 

Les associations signataires* en appellent « à la Région Occitanie ainsi qu’à l’ARS Occitanie pour des réponses et des actions concrètes afin de souligner et reconnaître l’extraordinaire mobilisation des étudiant·e·s en soins infirmiers tout le long de la crise sanitaire à l’image de l’ensemble des professionnel·le·s de santé et ce, dans l’ensemble du système de santé occitan ».


*Associations signataires : BDE Les Nuits Blanches (Toulouse), BDE Etik (Toulouse) – Corporation Perf (Pamiers), Sang ESI T (Cahors), CESIM (Montpellier), BDE IFSI Albi (Albi), Association O2 (Bagnols/Cèze) et BDES (Castelnau-le-Lez)