Montpellier : Pour les Gilets Jaunes, « Avoir des tests et des masques semble plus difficile que de réprimer la moindre lueur de contestation »

Intervention sur le Rond-point des Près d'Arènes (CR RPPA)

Lundi 11 mai, le groupe de Gilets Jaunes avait décidé d’occuper le rond-point des Prés d’Arènes.

VOIR AUSSI : Montpellier : L’opposition municipale monte au créneau sur la gestion de la distribution des masques

Peu après plusieurs camions et une voiture de police sont venus contrôler les Gilets Jaunes. Pour ceux-ci, la question se pose : « cette opération de police a-t-elle quoi que ce soit à voir avec une mesure sanitaire pour assurer la santé de la population ? N’importe qui, qui a pu regarder les photos prises ou assister à la scène pourra en témoigner : nous ne représentions aucun danger pour nous même, ou pour les autres. Quand on voit le nombre de Parisiens entassés dans le métro, on comprend que les ordres de la préfecture n’avaient rien à voir avec le Covid. Un policier excédé nous a lancé : « on ne veut plus vous voir sur le rond-point ! » Quelles belles méthodes ! Quelle élégance ! »

Pour les militants du « rond-point Prés d’Arènes de Montpellier », ces contrôles sont politiques, « le gouvernement a peur, car il sait que la colère s’est accumulée durant ces derniers mois… Nous lançons cet appel à tous nos amis GJ, ainsi qu’à toutes les organisations soucieuses de défendre les libertés : ils veulent profiter de l’occasion pour interdire toute contestation du pouvoir et de l’action du gouvernement.

Un appel à la solidarité

Les Gilets Jaunes appellent à la solidarité, « nous appelons donc tous les groupes GJ ainsi que les organisations attachées à la liberté d’expression à protester contre ce qui nous est arrivé, et à défendre coûte que coûte la liberté d’expression, et à se préparer : plus la digue retiendra l’eau, plus la vague sera puissante ! »

Un appel déjà relayé par le Parti de gauche de l’Hérault, une des composantes de La France insoumise, et Ensemble ! 34, « cette répression, sous le prétexte fallacieux de l’État d’urgence sanitaire, n’a en réalité pour seul objectif que de museler toute opposition au gouvernement ».

Les manifestations interdites ce week-end

En parallèle, le préfet de l’Hérault Jacques Witkowski a pris la décision, ce jeudi 14 mai, d’interdire les manifestations annoncées, pour ce samedi, par les Gilets Jaunes et dimanche, par les mouvements « la Ligue du Midi », « Action française » et « les volontaires pour la France ».

Pour le préfet de l’Hérault, « les circonstances particulières liées aux mesures nécessaires pour faire face à l’épidémie de Covid-19 dans le cadre de l’état d’urgence sanitaire ainsi que l’existence de risques de trouble à l’ordre public et à la sécurité publique à l’occasion de manifestations revendicatives sur la voie publique« .