Il était un Fruit (© Crédit photo)
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur telegram

Quel avenir pour les maraichers français ? La réponse dépendra comme souvent des consommateurs, invités plus que jamais, à manger des fruits et légumes de saison issus de la production locale. 

VOIR AUSSI : Béziers : Reprise des marchés de plein air, à partir du 12 mai

En période de confinement, les maraichers rivalisent d’ingéniosité en attendant des jours meilleurs, pour écouler leur production, au travers des ventes à la ferme, des drives, ou encore des livraisons à domicile.

VOIR AUSSI : Covid-19 : Dans le bassin de Thau, le 1er drive fermier « ouvre » ce samedi

En Occitanie, la région a cherché à fédérer les maraichers et agriculteurs via une plate-forme numérique qui met en lien les producteurs et les consommateurs.

Dans l’Hérault, on s’interroge sur l’avenir, entre solidarité et inquiétude

Pour Didier Crabos, directeur de Cofruid’Oc Méditérannée, basée à Saint-Just dans l’Hérault, « nous enregistrons une baisse d’activité (liée à l’organisation Covid-19) de 15 à 20 % », « sur le marché de l’asperge, nous avons eu des pertes provoquées par la fermeture des restaurants et des marchés en France et à l’étranger.

Il continue, « heureusement, il y a eu une mobilisation de la grande distribution pour promouvoir l’asperge et la fraise française. Nos producteurs ont besoin de main d’œuvre, surtout pour la récolte. En pommes, ce sera à partir du mois d’août, très vite pour d’autres productions. […] Nous avons participé aux drives fermiers pour les pommes et asperges mis en place par la Chambre d’Agriculture de l’Hérault. »

Un position suivie par Laure Vidal, Présidente de l’entreprise montpelliéraine « Il était un Fruit« , qui propose du « snacking » de fruits et légumes séchés et membre de l’AREA Occitanie : « Nous constatons une baisse de notre CA de 40 % en mars et nous évaluons à 60 % celle d’avril. Cependant, la production n’a pas cessé car il faut anticiper la reprise. Nous sommes fournis en pommes par une coopérative locale Cofruid’Oc installée à Saint-Just. Cela nous garantit l’approvisionnement. Sur 20 salariés, les chefs de secteur sont au chômage partiel, deux sont en arrêt pour garde d’enfants ou personnes à risques sanitaires. Deux personnes sont en télétravail à 100% (commercial et administratif). On fait appel à l’intérim pour remplacer 4 absents en production. »

Partager l'article :

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur telegram
À LA UNE

Montpellier : Le festival Scène d’Expression Végétale Ephémère s’ouvre (en avance) sur « L’arbre : le lien du sol au ciel »

Une conférence pour amorcer en douceur, la 4e édition du festival Scène d’Expression Végétale Ephémère |S|E|V|E| qui se déroulera du 15 au 17 octobre prochain autour de la thématique de...

Jean-Marc Oluski, Président du Medef Montpellier, Matthieu Ourliac, Président du Medef Béziers, André Deljarry Président de la CCI Hérault et Grégory Blanvillain, Président de la CPME Hérault (©JPV)

CCI Hérault : André Deljarry candidat à sa succession pour « lancer ici et maintenant un cycle de développement économique pérenne »

Les Chambres de commerce et d’industrie (CCI) sont des établissements publics de l’État gérés par des chefs d’entreprise élus. En cette fin d’année 2021, et pour cinq ans, les dirigeants...

VIDÉO, INTERVIEW, ÉMISSIONS​
LES PLUS LUS
SOUTENEZ LE MOUVEMENT

Soutenez Le Mouvement !

Votre don est défiscalisable à hauteur de 66% !

Je participe
ANNONCES LÉGALES