Il aura fallu un virus pour passer au vert. 11 ministres européens ont appelé ce vendredi, à ce que la relance post-épidémie prennent en compte les questions d’environnement et de climat. Jour 25, d’une situation inédite d’urgence, face à un fléau qui frappe toute la planète : Covid-19, apparu au mois de décembre 2019 en Chine.

VOIR : Évolution des cas de Covid-19 en temps réel dans le monde

Un virus pour passer au vert

Pour les ministres dits de l’Environnement de onze pays, dont l’Espagne, la France, l’Italie, et les Pays-Bas, l’Union européenne doit proposer des plans de relance post-épidémie de coronavirus, avec une prise en compte des questions d’environnement et de climat. Ils voudraient que les investissements s’orientent vers les énergies renouvelables, la rénovation des bâtiments, une économie circulaire et le rétablissement de la biodiversité.

Le Pacte vert européen

Élisabeth Borne, ministre de la Transition écologique et solidaire a aujourd’hui échangé avec les ONG environnementales sur le Pacte vert européen. Normal, tout autre attitude politique reviendrait à de la non assistance à planète en danger. Les signataires veulent faire du Green Deal la feuille de route de la sortie de crise sanitaire et économique. À suivre et à surveiller… Pour l’heure l’affirmation de leur volonté est la suivante : « la leçon du Covid-19 est qu’il est essentiel d’agir rapidement. Nous devons donc tenir nos ambitions pour réduire les risques et les coût de l’inaction dans les domaines du changement climatique et de la perte de biodiversité.« 

Les 150 membres de la Convention Citoyenne pour le climat présentent 50 mesures pour sortir de la crise en soutenant « un modèle économique et sociétal différent, plus humain et plus résilient »