Mémo : Jour 15 COVID-19, « Jair Bolsonaro : premier fake président à être révélé ? »

Jair Bolsonaro, le 30 mars 2020 face à la presse
Jair Bolsonaro face à la presse. Mars 2020

Jair Bolsonaro a été censuré par Facebook et Instagram, puis Twitter pour désinformation. Jour 15, d’une situation inédite d’urgence, face à un fléau qui frappe toute la planète : Covid-19, apparu au mois de décembre 2019 en Chine.

VOIR : Évolution des cas de Covid-19 en temps réel dans le monde

Suivez cet article aujourd’hui [31-03-2020 : Mis à jour tout au long de la journée _]

Premier fake président ?

Il devient le premier fake président à être révélé, mais peut-être pas le dernier ? Jair Bolsonaro a été censuré par Facebook et Instagram, puis Twitter pour désinformation. Ce sont des vidéos du président brésilien Jair Bolsonaro, prenant des bains de foule dimanche à Brasilia qui ont été jugées, comme renvoyant le mauvais message sur l’épidémie de coronavirus. « En ce qui me concerne, concernant mon passé sportif, je ne serai pas préoccupé si je suis contaminé. Je ne ressentirai rien d’autre qu’un petit coup de froid, ou comme si je n’étais pas dans mon assiette, » avait déjà affirmé l’actuel patron du Brésil. Cet homme de 65 ans a été défini par Twitter, comme producteur de contenus allant « à l’encontre des consignes de santé publique émanant de sources officielles et qui pourraient augmenter le risque de transmission du Covid-19. » Dans un communiqué adressé aux médias Facebook a indiqué : « nous retirons des contenus sur Facebook et Instagram qui enfreignent nos conditions d’utilisation, lesquelles n’autorisent pas la désinformation pouvant causer des torts physiques aux personnes. »

Et en même temps

Coronavirus : face au gouvernement, le Conseil d’État a débouté une nouvelle fois les soignants

À propos de la gestion de l’épidémie de covid-19, la juridiction administrative suprême a de nouveau donné raison à l’exécutif , en refusant notamment de le contraindre à recourir à un dépistage massif.

Masques, dépistage et chloroquine

Certes, il y avait comme un amalgame. C’était samedi 28 mars, c’était passé un peu sous le radar. Le Conseil d’État a débouté, deux syndicats de soignants qui avaient saisi le gouvernement en référé, pour réclamer en autres : des masques FFP2, des « moyens de dépistage massif » du coronavirus et avoir aussi l’autorisation pour les médecins et hôpitaux de prescrire de la chloroquine « aux patients à risque. »

« Assez des contradictions, des mensonges d’État » soulignait le syndicat des médecins d’Aix et région (SMAER) face à un gouvernement et à son incapacité à protéger les soignants et les patients. « Les premières livraisons » de masques commandés par l’exécutif sont « attendues prochainement, » a précisé la plus haute juridiction administrative, et en rappelant ainsi dans sa décision les réquisitions de masques ordonnées par le gouvernement.

Et en même temps sur les réseaux sociaux aussi décriés qu’adulés, semble circuler un vieux tweet du président français (juillet 2017) :

« Dotation exceptionnelle de 4 milliards d’euros »

Masques, respirateurs, journée d’annonces et de souhaits, Emmanuel Macron annonce une « dotation exceptionnelle de 4 milliards d’euros » et souhaite « l’indépendance pleine et entière » de la France « d’ici la fin de l’année, » dans la production de masques de protection, face au coronavirus.

Depuis l’usine de masques de Kolmi-Hopen près d’Angers, ce mardi, l’actuel président de la République précise : « c’est évidemment une contribution exceptionnelle qui montre la mobilisation aussi de l’État et de ses financements. »

Nouvelle orientation : « il nous faut produire davantage sur notre sol, » affirme cette fois Emmanuel Macron. Et déclare : « le jour d’après ne ressemblera pas au jour d’avant. Nous devons rebâtir notre souveraineté nationale et européenne. »

38 malades du coronavirus transférés par TGV

38 malades du coronavirus seront transférés par TGV depuis l’Île-de-France vers une autre région mercredi 31 mars, ont annoncé aujourd’hui des responsables de l’Assistance publique-Hôpitaux de Paris, dont les capacités de réanimation arrivent à saturation. Martin Hirsch le directeur général de l’AP-HP, n’a pas souhaité préciser la destination de ce convoi.