Montpellier : Chez les écologistes, on vit « une histoire de dingues »

Légèrement en retard, Maitre Maxime Rosier arrive dans les locaux du Club de la Presse à Montpellier, accompagné de Manu Reynaud, proche colistier de Coralie Mantion. Barbe de trois jours, costume noir élégant, plutôt placide, le juriste héraultais prend le temps de saluer les journalistes présents. A cet instant, lui seul sait qu’il vient pour décortiquer une « histoire de dingues », selon ses propres mots. Analyse.

VOIR AUSSI : Montpellier : La décision de justice sur le retrait de l’investiture EELV à Clothilde Ollier, vient d’être rendue

Mais jusqu’où iront-ils ? À chaque jour, ou presque, Europe Écologie-Les Verts n’en finit plus de se déchirer sur Montpellier. Ce matin, la commission de validation de propagande électorale a décidé d’invalider les bulletins de vote présentés par le camp de la candidate Clotilde Ollier

« Nous avions récemment alerté le Préfet de l’Hérault, M. Witkowski, sur cette situation et sur le fait que Mme Ollier fait en conscience le choix d’utiliser comme bon lui semble, le logo officiel d’Europe Écologie-Les Verts », affirme, pragmatique, l’avocat montpelliérain. « Nous avons estimé qu’il s’agit d’un problème grave et sérieux sur la campagne électorale en cours, et le scrutin dans son ensemble », justifie Me Rosier. 

Le signalement en Préfecture avait été fait bien avant la décision rendue ce jeudi 5 mars en début de matinée, par la commission de validation de propagande électorale. Celle-ci vient compliquer encore un peu plus la campagne de Clotilde Ollier ; une campagne qui n’en avait vraiment pas besoin, tant les rebondissements ont été nombreux ces dernières semaines.

« La commission, composée d’un magistrat judiciaire, un représentant des impôts et un représentant de la Préfecture a clairement dit ce matin que les bulletins de vote étaient invalidés », claque l’avocat, pour résumer aux journalistes présents, une « situation totalement inédite » selon les propos dires du juriste. 

Assis à ses côtés, le Secrétaire National Adjoint d’Europe Ecologie Les Verts, Jérémie Iordanoff compte les points. À l’issue d’un propos liminaire, pour le moins pointu d’un point de vue juridique, l’homme politique prend le relais et ne prend pas de pincettes pour donner son avis sur la situation de son parti.

« Absolument personne ne soutient Mme Ollier »

« Madame Ollier est particulièrement malveillante dans son attitude sur ce dossier et ce, depuis le début. Quand elle était notre candidate, elle a toujours bossé en solitaire. Elle a très très vite perdu la confiance de tous nos militants, et n’a rien fait depuis pour la retrouver, loin de là ». Le ton est donné. Jérémie Iordanoff ne veut plus entendre parler de son ex cheffe de file, Clotilde Ollier. C’est peu de l’écrire. Il poursuit : « Je suis Secrétaire National adjoint et je peux vous certifier qu’au sein du parti, absolument personne ne soutient Mme Ollier, personne ! »

Soucieux de vite tourner la page, contre vents et marées, Jérémie Iordanoff estime que sa candidate, Coralie Mantion, « est en mesure de battre Philippe Saurel » au soir du 22 mars. L’avenir nous le dira. D’ici là, l’implosion d’EELV est loin d’être terminée. « On peut et on doit déposer un référé dès les prochaines heures pour qu’ils [Les candidats de la liste l’écologie en commun, ndlr] ne puissent clairement pas utiliser ce logo, nulle part », conclut Me Maxime Rosier.

Pour l’équipe de Clothilde Ollier, autre son de cloche, « la commission de validation de propagande électorale, et sa Présidente, après lecture et analyse du jugement du tribunal de Bobigny du 26 février, ont validé mon droit à utiliser le logo EELV sur mon matériel de campagne. »

Le feuilleton EELV Montpellier 2020 n’est donc clairement pas fini. Affaire à suivre…