Dimanche matin, les militants de « Nîmes Citoyenne à Gauche » ont signé, dans le cadre des élections municipales de mars prochain, le « Pacte pour la Transition ».

Le « Pacte pour la Transition » est proposé aux différents candidats aux élections municipales de mars 2020, il impose de s’engager sur au moins 10 mesures concrètes des 32 mesures « pour des communes plus écologistes, plus solidaires et plus démocratiques » que comprend le Pacte.

Pour le collectif Nîmois, la signature de ce Pacte était nécessaire, car « il y a urgence à agir et que chacun doit faire sa part : citoyens, collectivités territoriales, élus, entreprises », « parce que Nîmes Citoyenne à Gauche est résolument écologiste et aspire à une ville solidaire », « parce que nous souhaitons impliquer les habitants du territoire dans les décisions politiques » et « parce que l’échelon local est primordial pour mettre en œuvre la transition écologique ».

Dans le cadre du Pacte, la liste « Nîmes Citoyenne à Gauche » souhaite « arrêter le développement de la perméabilisation des sols », « mettre fin au développement de nouvelles grandes surfaces commerciales », « favoriser l’accès à un logement digne et abordable pour tous », « donner la priorité aux mobilités douces et renforcer l’attractivité des transports en commun », et surtout « impliquer les habitants dans les prises de décisions ».

« Nîmes Citoyenne à Gauche » propose une 33e proposition : « La sobriété numérique »

Aux 32 propositions existantes, la liste menée par Vincent Bouget et Jo Menut souhaite en ajouter une 33e, la « sobriété numérique », les militants de « Nîmes Citoyenne à Gauche » propose ainsi d’organiser « un grand débat public sur l’utilisation du numérique », de « mener une réflexion avec la communauté éducative autour de l’utilisation du numérique » et d’initier « un festival International de la contre-culture numérique ».