A l’heure actuelle, notre lycée est mobilisé dans le cadre de la réforme du Baccalauréat et plus précisément pour la première session des E3C. Ces épreuves remplacent les épreuves terminales dans plusieurs disciplines et pour commencer, dès janvier, les langues vivantes et l’histoire- géographie. 

Dans chacune de ces matières des épreuves différentes selon les lycées seront organisées. Les épreuves dans certains lycées seront corrigées par les professeurs de l’établissement, comme à F. Bazille, dans d’autres, par des correcteurs venus de l’extérieur.

Dans tous les cas, des disparités sont présentes, aggravées par l’absence de concertation entre correcteurs des différents établissements qui ont choisi un même sujet, et par l’absence de corrigé commun, à la différence de ce qui se passait jusqu’à maintenant dans les épreuves du Baccalauréat.

A ceci s’ajoutent les modalités d’organisation selon les établissements qui transforment le Baccalauréat en un examen purement local et non plus national. 

La multiplication des épreuves pour une même discipline – deux en Première et une en Terminale – oblige à un bachotage permanent sur des savoirs parcellaires. La liberté pédagogique s’efface au profit d’une vision standardisée de la transmission des connaissances. Toutes ces contraintes ne permettent pas de préparer convenablement les élèves aux examens.

Enfin, les problèmes matériels ne cessent de s’accumuler, de l’ouverture tardive de la banque nationale des sujets aux difficultés posées pour l’organisation de la surveillance des examens (garante des meilleures conditions pour les élèves) et pour la correction.

Il parait nécessaire de reporter cette première session des E3C et de faire de la session de juin 2020 un examen unique et national.

Cette situation, nous le savons, est difficile pour vos enfants, pour nos élèves. Mais l’importance des enjeux et les décisions très brutales, unilatérales du gouvernement, nous ont contraints à adopter une telle position. Nous comptons sur votre soutien.

Les enseignants du lycée Frédéric Bazille