Les libres penseurs du groupe LP de Béziers  constatent que comme chaque année M. le Maire de Béziers a volontairement décidé de violer la loi républicaine de 1905 en toute connaissance de cause.

Sa crèche inaugurée lundi 2 décembre 2019 dans la cour d’honneur de l’hôtel de ville de Béziers comporte à nouveau une représentation de la nativité, avec la vierge et le berceau vide qui sera occupé par Jésus-Christ le 25 décembre. C’est donc une crèche chrétienne catholique, installée dans l’enceinte du bâtiment public de tous les Biterrois, qui s’inscrit  totalement dans le cadre de promotion d’un culte, une crèche investie d’un contenu prosélyte par le Maire de Béziers, qui instrumentalise ainsi la religion pour servir ses fins politiques, pour servir le « choc des civilisations », le communautarisme, l’affrontement entre communautés.

Depuis la jurisprudence créée par les deux arrêts du Conseil d’État du 9 novembre 2016 rendus à l’initiative de la Libre Pensée, Robert Ménard a été condamné cinq fois par la Cour administrative d’appel de Marseille, par le Conseil d’Etat et par le Tribunal administratif de Montpellier.

La Libre Pensée agit partout pour faire respecter la séparation des Églises et de l’État (loi de 1905), parce qu’elle assure à tous la liberté de conscience et permet à tous les citoyens libres et égaux en droits de vivre ensemble.

En violant en toute connaissance de cause la loi de 1905 et en décidant de ne pas respecter délibérément les décisions de justice, M Ménard a décidé de dépenser à nouveau l’argent du contribuable biterrois pour ses raisons idéologiques. Il faudra aussi un jour rendre des comptes sur les fonds publics utilisés, jetés par la fenêtre, pour tenter de couvrir ces illégalités anti-laïques.

Ainsi, le groupe Libre Pensée de Béziers interpelle le Préfet de l’Hérault et le  Sous-préfet de Béziers pour qu’ils fassent respecter la loi, et en tout état de cause sont prêts comme ils l’ont déjà fait à déposer un recours devant la juridiction administrative pour faire respecter et défendre la loi de 1905.

Il faudra bien qu’un jour monsieur Robert Ménard comprenne enfin que nous sommes en République et que le temps de la féodalité locale de barons aventureux est terminée.

Libre Pensée de Béziers et environs
Fédération unie de la LP de l’Hérault (34)