L'Occitanie, c'est aussi la Région du fromage

« L’insécurité est un problème de défiance face à l’autorité publique qui n’est pas acceptable » explique Michaël Delafosse, pour entamer cette conférence de presse du 14 novembre 2019, puis il précise : «  j’entends être le maire qui protège, et qui assume ses responsabilités. »

Le respect des règles républicaines au sein de la ville de Montpellier

Le candidat de la “Gauche qui nous rassemble” pour les élections municipales de mars 2020 veut réaffirmer une priorité : « le respect des règles républicaines au sein de la ville de Montpellier, et de sa métropole. » Objectif : assurer la sécurité au quotidien de tous.

Une action bâtie autour de cinq grandes mesures pour réussir à protéger au quotidien : un plan anti-drogue, la création d’une police des transports, la création d’une brigade de sécurité du logement social, le redéploiement de la police municipale vers les quartiers, et des dispositions de protection spécifiques pour les femmes.

Interview de Michaël Delafosse, candidat à Montpellier pour les Municipales 2020 : « je crois à la règle, je crois à la loi parce qu’elles nous protègent… »

La présence et la confiance

« Quand on se connait, on se parle. Établir la confiance entre la police, et la population est essentiel, » assure Michaël Delafosse. Une présence diversifiée sera mise en place, avec un schéma d’organisation des effectifs de 183 agents pour la police municipale, 30 agents pour la police des transports, 30 agents pour la brigade de sécurité du logement social et enfin la mise en place d’une réserve citoyenne de volontaires.

Voir aussi : Sécurité et mobilité, Destins Montpelliérains, cap sur l’apaisement

Plan anti-drogue : « mon engagement d’une guerre face à la drogue. »

Plan anti-drogue, c’est une proposition d’urgence lorsque l’on écoute le candidat de la “Gauche qui nous rassemble” : « Je vois trop de jeunes, je vois trop d’élèves brillants, parce qu’ils sont pris dans une addiction, briser leur scolarité […] Je vois trop de jeunes qui pensent que l’on peut gagner sa vie en suivant le chemin de la délinquance […] Je le vois ! Et dans ce défilé du prétoire où la justice essaye d’agir, un trop grand nombre de jeunes dont nous aurions pu inverser le parcours, si des marchands de mal ne leur avaient pas fait miroiter qu’en devenant des mules, ils feraient fortune […] Je constate ces ravages-là… D’où mon engagement d’une guerre face à la drogue. » Puis Michaël Delafosse marque un temps, et précise : « éducation, présence, accompagnement de la répression, et de la chaine pénale. »

« Ces tragédies qui nous obligent à agir »

Dans les mesures de protection spécifiques pour les femmes, en plus des arrêts du bus à la demande après 20h, et des cours de self-défense gratuits, il y a une attention particulière à porter sur « ces tragédies qui nous obligent à agir » insiste Michaël Delafosse, « pour ces violences intrafamiliales et conjugales, nous mettrons en place, un nouvel espace en complément du CHRS Elisabeth Bouissonnade, qui sera dédié à l’accueil des femmes victimes de ces violences ou qui se sentent en danger. »

Sur le terrain, le déploiement de la police municipale serait calibré ainsi : présence quotidienne dans les sept grands quartiers de la ville, création de huit unités territoriales de proximité, mise en place d’équipes mixtes policiers-médiateurs, nouveau poste de police mutualisé à l’ouest de la ville, quatre nouveaux véhicules fourgon PC mobiles, et une unité spécifique cœur de Ville avec des patrouilles présentes 24h/24. Pour accompagner toutes ces mesures, « d’un maire qui protège », le candidat Michaël Delafosse souhaite y associer la transparence, et les citoyens.