20 heures TF1, l’heure de la messe de l’info. La chaine s’intéresse aux politiques municipales en matière de vélo. Mercredi 9 octobre, le journal envoie un sujet : « Maires : des programmes de plus en plus verts », illustrant l’opportunité écologique de certaines municipalités.

[VIDEO] Philippe Saurel, maire de Montpellier arrive en trottinette électrique pour son rendez-vous avec les équipes de TF1. Choisir ce mode de transport, comme élément de communication, confirme qu’il est parfois bon de savoir éviter les conseils et fulgurances de collaborateurs, dont ce n’est pas la zone de compétence. Séquence plutôt sympathique sur le papier, mais au final drôle, et plus ennuyeux une image qui fait « fake ». Alors le contraste avec le commentaire du journaliste devient un marqueur que tous les politiques aimeraient éviter : « Philippe Saurel veut apparaître en pointe sur l’écologie. Il ne l’a pas toujours été. En 2014, le vélo est complètement absent de son programme. Et il y a un an, il prononce une petite phrase qui déclenche la colère des cyclistes de Montpellier. »

Flash Back #JeSuisUnDesDeux

À l’époque, dans l’interview de France 3 régions, Philippe Saurel est calme, et s’exprime avec certitude : « vous savez, faire une infrastructure pour qu’elle soit utilisée par deux personnes, ce n’est peut-être pas l’idéal. »

Aujourd’hui : « il faut faire notre vélorution »

Aujourd’hui « Il faut faire notre vélorution, » formule désormais fétiche du maire et président de la Métropole qui la replace dans le reportage de TF1 et insiste : « il n’y a aucune honte à évoluer, quand c’est l’intérêt général… » Un changement de cap assumé, qui ressemble peut-être à un coup de barre tactique pour aller chercher une victoire en 2020.

Écologie : « je vous donne une clé de la victoire »

Même cas de figure, avec « une clé de la victoire » et l’urgence climatique pour parler de l’écologie. Philippe Saurel soufflait alors, au conseiller municipal de Castelnau-le-Lez Henri Rouilleault, en conseil métropolitain du 23 juillet 2019 : « vous devriez déclarer l’état urgence climatique à Castelnau, vous feriez un énorme coup. Faites-le […] Je vous donne une clé de la victoire ».

Démarche sincère ou calculée

Et comme le dit Gilles Bouleau avec beaucoup de correction : « vous l’avez sans doute déjà remarqué, les candidats ont tendance à verdir leur programme, quitte parfois à opérer un tournant radical : démarche sincère ou calculée… » C’est certainement ce qu’il faudra chercher à savoir pour le mois de mars prochain.