Olivier Jalaguier, candidat pour les municipales à Nîmes, appelle à la réunion des deux projets de parc nîmois pour n’en penser qu’un, de 24 hectares.

VOIR AUSSI Nîmes municipales 2020 : Jalaguier, l’économie, le climat et le civisme

Cette proposition intervient, le lendemain, de la traditionnelle nocturne de Nîmes organisée par le Lions club.

Annonce - Pub - Advertisement

Pour le candidat, la course à pied vit un « succès contemporain et universel », qui « ne se dément pas à Nîmes », bien qu’il soit « difficile lorsque l’on est jogger nîmois de courir ailleurs que sur la route. La ville compte pourtant des espaces, le clos Gaillard, le bois des Espeisses, le domaine de la Bastide et le stade Marcel Rouvière. Mais les trois premiers sont extérieurs à la ville et les deux derniers organisés autour du football. »

Face à ce constat, le président du groupe de réflexion ManiaNîmes, déplore « le divorce entre la Mairie de Nîmes et Nîmes Métropole » qui « prive les Nîmois d’une réelle vision d’avenir. » En cause, les deux projets parallèles de parc urbain, celui de la ville de Nîmes sur les anciennes pépinières Pichon (14,5 hectares) et celui de Nîmes Métropole sur le bois des noyers (10 hectares).

Face à ces deux projets, Olivier Jalaguier s’interroge : « Champ de mines en mars ou Champ-de-Mars à Nîmes ? »

Ainsi, le candidat propose dans « le cadre des élections municipales de mars prochain de réunir ces deux projets de parc pour n’en penser qu’un seul sur 24 hectares« , « la surface du Champ-de-Mars à Paris », un « Central Parc composé de plans d’eau et de nombreux aménagements où les milliers de Nîmoises et de Nîmois adeptes de la course à pied, ceux-là mêmes qui se sont élancés pour la nocturne ce vendredi, pourront enfin évoluer en toute sécurité sur plusieurs kilomètres de nature, en matinée, journée ou soirée. »

Annonce - Pub - Advertisement