La Libre Pensée s’est longuement exprimée sur le caractère anti laïque et dangereux que constitue l’utilisation des questions religieuses par les politiques, comme c’est le cas avec le financement du culte de Saint-Roch ainsi que sa promotion par la Mairie de Montpellier, et l’implication personnelle du Maire. Une procédure est en cours, nous verrons bien ce qu’en dira le juge administratif. 

Mais Philippe Saurel vient de franchir un nouveau cap : ouvertement pour des questions électorales (« que le ciel me vienne en aide »), celui ci vient d’avoir une idée lumineuse, à la hauteur de sa vision pour Montpellier : faire de nouvelles « armoiries » pour la ville. A la place de « Notre Dame de la carnation » tenant Jésus dans ses bras, on substituerait une autre vierge. Mais attention, et c’est là qu’on voit que M. Saurel est de gauche : une vierge noire !

Il faut savoir que les armoiries n’ont aucun statut juridique particulier, tout le monde peut en avoir. Mais historiquement, ces symboles sont un héritage du Moyen-Age, généralisés parmi la noblesse et parfois par certaines corporations. C’est cela que voudraient remettre au goût du jour Saurel et ses amis. De là, une querelle s’en est suivie, certains élus de droite expliquant : « pas touche à ma religion » ; ce à quoi d’autres ont crié à l’idée « géniâââle ». Un peu de flatterie ne peut pas nuire aux petites carrières individuelles locales. Il arrive aux aigles de voler au niveau des poules, rarement l’inverse.

Annonce - Pub - Advertisement

Incroyable mais vrai, donc : le délire moyenageux va jusqu’à remettre en selle les armoiries !

Un rappel pour Provençal le Gaulois : la révolution française est passée par là ! Si ! Elle a balayé les symboles de l’ancien régime (loi du 16 octobre 1791), et relégué ceux-ci au rang de vestiges de l’histoire, du folklore.

Dans une ville universitaire, de sciences et de médecine en 2019, il serait donc dans l’air du temps de rétablir les « saints » et les blasons ?

Nous appelons les militants républicains, laïques et démocrates, à défendre la tradition révolutionnaire et l’héritage des lumières. 

Aussi limité que soit, de nos jours, l’apport des Voltaire, Rousseau et d’Alembert, personne ne saurait accepter que l’on revienne en arrière.

Sous toutes les formes possibles, nous nous devons de rappeler partout que la roue de l’histoire ne tournera pas à l’envers, et que les élus ont l’obligation de rester neutres en matière religieuse !

Groupe Universités et Citoyens de Montpellier
Libre Pensée – Fédération Unie de l’Hérault

Annonce - Pub - Advertisement