Nous venons encore d’assister à un Conseil municipal consternant où la Majorité de Philippe Saurel présente des délibérations insincères et cultive les amalgames en fustigeant l’opposition.

Première insincérité concernant le vœu surprise sur l’état d’urgence climatique. Or ce mandat est celui des renoncements en la matière : ligne 5 du tram repoussée de 8 ans, extension de la ligne 1 de quatre ans, report indéterminé des lignes de bus à haut niveau de service, idem pour les PEM (pôles d’échanges multimodaux) de Sablassou et de Villeneuve-les-Maguelone, absence de pistes cyclables en site propre, poursuite de l’étalement urbain, refus du dialogue avec les collectifs citoyens (Alternatiba, #JeSuisUnDesDeux, collectif cantines…), etc. Le groupe d’opposition municipal « la gauche pour Montpellier », que je préside, a néanmoins voté ce vœu de bon sens.

Amalgames ensuite concernant l’augmentation du tarif des crèches. Nous l’avons dénoncée car même s’il s’agit initialement d’une augmentation de la CAF, elle aurait pu être compensée par la Ville en faisant des choix dans le cadre du budget supplémentaire. Cette hausse représente jusqu’à 150 euros par enfant par an pour une famille et peut gravement les pénaliser. Nous avons donc voté contre cette délibération pour ce motif et non contre les nouvelles tarifications du théâtre Jean Vilar.

Annonce - Pub - Advertisement

Deuxième insincérité avec le budget supplémentaire où l’on nous annonce 130 M€ d’investissement en plus dont on sait déjà qu’ils ne seront pas consommés puisque dans le compte administratif 2018 (la clôture des comptes plus simplement), le taux de réalisation, c’est-à-dire les projets réellement menés, n’est que de 55 à 65 %. La technique est connue : on annonce beaucoup mais en réalité on fait peu alors qu’on aurait pu compenser l’augmentation du tarif des crèches. C’est pour cela que nous nous sommes abstenus.

Satisfaction vigilante enfin concernant la charte « Villes et Territoires sans perturbateurs endocriniens ». Là encore, il s’agit d’une délibération de bon sens. Mais alors que ce n’était pas prévu dans la délibération et que la création d’une commission cantine avait été refusée au « collectif cantine », nous avons demandé la constitution d’un comité de pilotage afin de co-construire le plan de lutte avec les associations. Elle a été acceptée par le Maire actuel et nous veillerons à sa mise en place effective.

Michaël Delafosse
Président du groupe d’opposition municipal « La Gauche pour Montpellier »
Conseiller départemental

Annonce - Pub - Advertisement