[VIDEO] 2019. La grève pendant les examens du Brevet et du Bac, une grande première. Ce matin à Montpellier, des correcteurs grévistes du baccalauréat ont remis les copies (qu’ils conservaient) au rectorat de Montpellier, pour accompagner leur action un rassemblement d’environ 300 soutiens.

Geste symbolique, une vingtaine de grévistes, enveloppes marron au-dessus des têtes, contenant les copies scandent « Blanquer démission… » Pour marquer l’entrée du rectorat, une haie d’honneur et des applaudissements organisés par les personnes présentes venues en soutien, collègues, élèves et parents.

Annonce - Pub - Advertisement

Pour les membres de L’AG éduc 34 : « des notes arbitraires ont été attribuées en toute illégalité. L’égalité de traitement des élèves a été rompue puisque certaines et certains ont les notes de leurs copies tandis que d’autres ont des notes inventées… »

Une note moyenne entre 8 et 10 sur 20, valide le rattrapage. Les oraux du baccalauréat ont débuté, mais restent aussi sous la menace de perturbations par les professeurs grévistes.

Nous sommes prêts pour la rentrée

Pour L’AG éduc 34, une contestation et une large mobilisation semblent possibles pour la rentrée : « nous n’avons jamais été entendus ! Mais aujourd’hui, le rapport de forces a changé. Malgré les menaces et la désinformation, nous ne comptons plus les lettres et les marques de soutien à notre mouvement. Nous sommes prêts pour la rentrée : la réforme et la loi Blanquer vont se heurter à un large front de contestation et nous mettrons toutes nos forces dans cette bataille. Notre assemblée générale continuera son travail. » Avec des menaces passant de 15 jours de retrait de salaire, à des sanctions disciplinaires et des signalements au procureur pour avoir retenu les notes et surtout avec l’attribution de notes arbitraires, pour les professeurs mobilisés : « le ministre a montré à travers son attitude sa radicale incompétence » ; « nous sommes et resterons déterminés pour l’égalité de tous les enfants, sans distinction aucune. »

Voir aussi : Grève des notes au Bac : « le ministre préfère un Bac bidon au dialogue avec les personnels de l’éducation »

Annonce - Pub - Advertisement