Au soir des élections européennes, l’exécutif, les médias voudraient faire croire à une embellie électorale…

Mais de qui se moque-t-on ? C’est un rejet sans appel de Macron-Philippe, de leur politique, des institutions antidémocratiques de la Ve République et de l’Union européenne. Depuis deux ans, Macron-Philippe, le gouvernement, ont entrepris de détruire tous les acquis de la classe ouvrière et de la démocratie au moyen d’une répression jamais égalée contre toute forme de manifestation, contre tous les manifestants. Ce résultat confirme le rejet des institutions, qu’elles soient nationales ou européennes. Ce résultat confirme le rejet du système lui-même, système que relaient Macron-Philippe contre tous les acquis des travailleurs et de la population.

Un électeur sur deux ne s’est pas rendu aux urnes, on compte 47,85 % d’exprimés par rapport aux inscrits (intégrant les votes blancs et nuls). Macron-Philippe représentent 11,2 % du corps électoral, le Rassemblement national 11,65 % de ce même corps électoral. Voilà les faits, la réalité. Cette élection européenne confirme aussi le dégagisme qui s’était manifesté lors de l’élection présidentielle de 2017. Dans tous les principaux pays d’Europe, le taux d’abstention aux élections européennes est de 50 %, voire supérieur dans un certain nombre de pays, une vague de dégagisme qui touche de plein fouet ceux au pouvoir dans ces pays et leurs partis.

Annonce - Pub - Advertisement

Dans notre pays, après six mois de mobilisation, les Gilets jaunes ont encore été victimes ce week-end de la violence d’État à Amiens, comme ces enseignants à Toulouse qui ont été violemment matraqués alors qu’ils défendaient le service public de l’Éducation nationale et qu’ils agissaient contre la réforme Blanquer, il y a quelques jours. C’est une nouvelle fois la preuve que l’exécutif a décidé d’amplifier la répression tous azimuts. Macron-Philippe ont annoncé dimanche qu’ils ne changeraient pas de cap, en fait qu’ils allaient poursuivre toutes les contre-réformes engagées contre la classe ouvrière, les retraités, les jeunes. C’est pourtant tout cela qui a été rejeté ce dimanche.

Toutes les semaines, notre journal, Informations ouvrières, continuera, dans la plus grande indépendance, à faire connaître tous les combats qui se mènent dans notre pays dans les entreprises et les services publics. Dès mercredi, il donnera par ses correspondants, en direct, des éléments sur les élections européennes.

Le secrétariat permanent du POI appelle à poursuivre la campagne pour la libération immédiate de Louisa Hanoune, secrétaire générale du Parti des travailleurs en Algérie et co-coordinatrice du secrétariat de l’Entente internationale des travailleurs et des peuples.

Le secrétariat permanent du POI, le 27 mai 2019

Annonce - Pub - Advertisement