Intervention de Véronique Calueba sur délibération n° 7 Séance du Conseil Municipal du 20 mai 2019

Lors de cette séance, notre groupe a soulevé, une fois de plus, la question de l’état des voiries dans notre ville.

Ce n’est un secret pour personne que d’affirmer que ces dernières sont dans un état de délabrement tel, qu’aujourd’hui, en plus d’un état catastrophique, les problèmes de sécurité sont désormais plus accrus. En témoignent les dégâts sur les véhicules, mais également et surtout les accidents à la personne. Combien de personnes se foulent la cheville ou tombent et se blessent ? Ces dires sont vérifiables, et nombreux sont les victimes et témoins de ces « incidents ».

Au-delà, c’est l’attitude manifestée lors de ce Conseil Municipal, le déni total et la manière dont vous vous êtes défaussés au gré d’arguments fallacieux et méprisants au regard de la gravité de la situation, et surtout de votre manque de responsabilité publique, concernant une de vos compétences propre : la voirie.

Vous nous affirmez que l’indisponibilité du Pont Sadi Carnot a généré un fort passage de camions sur l’avenue Victor Hugo, causant ainsi des dégâts importants. Nous avons répondu, que sur d’autres artères de la ville, il n’y a pas de passage de camions, et l’état des chaussées est tout aussi lamentable…Puis vous avez invoqué les fortes précipitations de l’hiver dernier, qui, loin d’être un cyclone, ne peuvent être tenues pour responsables.

Nous vous réclamons depuis des années déjà, un plan pluriannuel de travaux voiries, que nous attendons toujours d’ailleurs, et miracle, au bout de 2 courriers cette année, vous avez daigné répondre au second, avec une liste de travaux engagés. Or, sur ces travaux engagés, peu relèvent de votre action, et beaucoup de programmes de co-financements et de partenariats. Vous avez ensuite pointé du doigt le manque de subventionnement du Département, sur une artère importante – Boulevard de Verdun – que vous qualifiez de départementale, alors même que vous l’urbanisez avec des constructions résidentielles à venir.

Votre adjoint nous a également rétorqué, que les travaux voiries étaient liés au renouvellement des réseaux d’assainissement, ce qui tombe sous le coup du bon sens. Mais là encore, il y a un gros problème. Lorsque la préconisation de l’Agence de l’Eau pour rattraper le retard sur l’entretien de ces réseaux doit être de 2%, vous atteignez à peine 1.19%. Alors même que les délégataires ont dans les mains des contrats aux bénéfices juteux, ces travaux d’entretien ne sont pas réalisés, et les budgets assainissement votés lors de Conseil Communautaire semblent également oublier cette compétence.

Il faudra avouer clairement, que vous attendez du délégataire et de son nouveau contrat qu’il se charge des travaux que vous avez refusés de réaliser depuis tant d’années, et enfin avouer, qu’en effet, Monsieur le Maire, la ville n’a pas les moyens financiers d’entretenir ses voiries.

Pour illustrer cela, voici quelques extraits référencés et chiffrés, vérifiables, prouvables et disponibles pour tout un chacun, sur simple demande, s’agissant de documents présentés en séances publiques.

  1. Conseil Municipal du 17-09-2018, intervention concernant les délibérations n°21 et 22

« En terme de renouvellement des réseaux, il est très insuffisant au regard des préconisations des services de l’état : lors de la CCSPL (Commission Consultative des Services Publics) de septembre, il a nous a été présenté le taux ce renouvellement du réseau. Une progression de 1.19 %, bien en–deçà de la recommandation de l’Agence de l’Eau, qui préconise 2 % afin de rattraper le retard.

Voilà pourquoi nous souhaitons connaître la planification précise des travaux sur les réseaux eau potable et assainissement + l’évaluation des montants nécessaires à leur réalisation + l’évolution de la tarification sur les 5 années à venir. »

  1. Conseil Communautaire du 27-09-2018, intervention concernant le rapport annuel du délégataire, exercice de l’année 2017

« Les travaux pour la réhabilitation des réseaux, sur un total de 594 km, seulement 4 km ont été renouvelés. C’est très insuffisant au regard de l’état général de vétusté constaté sur nos réseaux. Le retard et le rattrapage en matière de renouvellement des réseaux sont bien souvent liés au manque d’entretien, entretien que les fermiers n’a pas réalisé.

A aucun moment on ne parle des conséquences financières du mode de gestion privé. Car ce qui est capté pour rémunérer l’entreprise et les actionnaires ne l’est pas pour financer les travaux. La gestion publique permettrait de dégager des marges financières pour accroitre les investissements et financer travaux et renouvellements. »

  1. Conseil Municipal du 18-12-2018, intervention concernant les délibérations n°1 – vote du budget primitif

« Budgets « alloués » à l’entretien des voiries (avec rappel par nos soins des montants des années précédentes) :

en 2015 : 740 000 € de travaux réalisés pour l’entretien des voiries en 2016 : 713 673 € en 2017 : 1.6 M€ mais avec le chantier de rénovation de la rue Chavasse inclus en 2018 : nous verrons le compte administratif en 2019 : le BP prévoit 870 000 €, là aussi, nous verrons le compte administratif

Nous sommes donc bien sur un budget en dessous de 1 Million d’€, ce qui est loin d’être à la hauteur au vu de l’état des voiries. Puis, nous terminerons par plus indécent encore : les crédits affectés aux travaux pour l’accessibilité de nos concitoyens en difficulté motrice, qui sont renvoyés pour un montant de 5 520 000 M€ après 2020 et 2022. »

Véronique Calueba
Conseillère Municipale
Groupe d’élus Puissance Sète – le Rassemblement