Depuis des décennies, les scientifiques alertent sur les risques et les dangers à venir pour le climat, l’environnement et la société. Réchauffement, extinction de masse, inégalités croissantes… sont autant de sujets qui préoccupent les scientifiques de nombreux pays qui, aujourd’hui, estiment qu’il y a urgence à agir.

En 1972, le rapport du Club de Rome évaluait déjà « Les limites à la croissance », depuis, de nombreux autres rapports n’ont fait que confirmer ce point de vue scientifique, notamment les rapports du GIEC et dernièrement celui de l’IPBES sur la biodiversité démontrant que nous sommes en train de vivre la 6ème extinction de masse.

Interpellée sur ces question par les militants et militantes de Youth For Climat Montpellier, une large intersyndicale de l’Université de Montpellier(UM) a fait le choix de déposer un préavis de grève spécifique à l’établissement.

Annonce - Pub - Advertisement

Dans un communiqué de presse de l’UM du 4 avril 2019, on peut lire : « En tant que lieu de savoir et de pédagogie réunissant 48 000 étudiants et 4600 agents, l’UM constitue une communauté humaine à part entière. L’établissement a vocation à favoriser l’épanouissement physique et moral de cette communauté et à assumer sa responsabilité sociale et environnementale au sein de la société » déclare le président de l’Université de Montpellier Philippe Augé.

Au travers du préavis (ci-joint) déposé mardi 14 mai auprès du président de l’UM, les signataires invitent l’établissement à « assumer sa responsabilité sociale et environnementale ». Responsabilité d’autant plus forte que l’UM est la première université mondiale sur la thématique « Ecologie ».

A ce jour la direction de l’Université de Montpellier n’a donné aucune suite au préavis.

Sud éducation 34 : université de Montpellier / climat

Annonce - Pub - Advertisement