Montpellier le 10 mai, conférence de presse : Jean-Christophe Lagarde est en campagne dans l’Hérault pour défendre avec sa liste “Les Européens”, un programme qui veut construire une Europe puissante.

Tête de liste de l’Union des démocrates et indépendants pour les élections européennes, Jean-Christophe Lagarde, entouré de ses colistiers héraultais, Joëlle Murré, Cécile Picq, et Gérard Francalanci, explique son projet : “l’Europe est un instrument que nous devons forger pour ne pas subir le reste du monde.

En décembre 2018, le choix a été fait de ne pas répondre aux appels d’Emmanuel Macron. Pourtant le jeune militant qui travaillait avec Simone Veil, aujourd’hui patron de l’UDI, aurait eu une place toute légitime sur une liste LaREM. À cette question sa réponse est claire : “oui, on aurait pu trouver des places dans la République En Marche, mais pas de projet…Interview :

Annonce - Pub - Advertisement

Pas de chèque en blanc à Emmanuel Macron

C’est un peu comme si Emmanuel Macron avait volé le destin de l’UDI. Alors Jean-Christophe Lagarde sait moquer, presque gentiment un chef d’État qui invente ce qui existe déjà avec une banque européenne pour le climat, alors que la banque européenne d’investissement fait déjà le job. Mais il l’affirme, sa liste est faite pour les électeurs qui croient en l’Europe et qui veulent “pouvoir voter pour l’Europe sans signer un chèque en blanc à Emmanuel Macron.” Question calcul c’est simple, selon le président de L’UDI : “300 000 bulletins de plus permettraient à la liste “Les Européens” d’obtenir 5 députés. Et 1 % de moins pour LaREM ou pour le Rassemblement national ne changera rien. Le vote pour notre liste est un vote utile.

Des projets qui unissent les Européens

Les projets qui unissent les Européens sont pour Jean-Christophe Lagarde une nécessité vitale : “un pays isolé ne pèse rien. Que pèsent 67 millions de Britanniques face à 1,5 milliard de Chinois, 1 milliard d’Indiens, 350 millions d’Américains ? Rien […] c’est donc en se réunissant à 450 millions que l’on peut avoir un rapport de force qui permette de défendre nos choix et nos décisions.” La culture entrepreneuriale est présente dans le programme de l’UDI. Avec cet état d’esprit “win-win” qui la caractérise. Ainsi son président préfère se retrouver avec 2,5 milliards de clients, plutôt que 2,5 milliards de migrants, et pour faire en sorte que “le continent africain ne s’effondre pas, cela impose un travail à l’échelle européenne.

Les projets environnementaux

Au même titre que le Livret A qui finance en France des projets d’intérêt général et notamment le logement social, la liste de L’UDI propose le “Livret E” au niveau européen pour le financement de la transition énergétique, comme pour tous les grands projets environnementaux. Jean-Christophe Lagarde veut un placement stable et rémunérateur pour ce livret qui financera l’avenir des Européens et de leurs enfants. Dans le programme, avec cette même prospective, L’UE doit pouvoir recycler 70 % du plastique qu’elle produit d’ici 2030, et développer l’éco-conception des produits.

Meeting à Pérols

Sur le territoire, la campagne des élections européennes s’est faite aussi avec Jean-Pierre Rico (UDI), maire de Pérols qui fait partie de la famille des centristes. C’est dans sa ville que s’est tenu le meeting du numéro 1 de la liste “Les Européens”.

L’électorat centriste reste à mobiliser, toujours hypnotisé par le “ni à droite ni à gauche” d’Emmanuel Macron. Il y a aussi entre les socialistes nostalgiques de Jacques Delors, et les effrayés du philosophe versaillais François-Xavier Bellamy, un panel substantiel à conquérir. Il faut dépasser 5 % pour avoir des élus, et 3 % pour être remboursé, dans une élection qui ne compte qu’un seul tour. Les jours à venir seront décisifs, si le focus sur les sondages n’anesthésie pas toute réflexion de fond, en laissant penser que le match est déjà joué. Pour le président de l’UDI, il faut : “une transformation de l’UE pour qu’elle travaille sur les vrais enjeux stratégiques.

Annonce - Pub - Advertisement