Emmanuel Macron s’est investi personnellement dans le Grand débat avec des réunions marathons à travers toute la France, comme un Macron Tour, comme une rock star de la politique. BFMTV, LCI ou CNews, les grands flux d’information en continu ont été au rendez-vous du chef de l’état, et ont fait leur job : retransmettre ce spectacle en direct. Spectacle qui aura captivé en partie les Français.

Mais voilà, le show est terminé. « L‘heure est venue de prendre des décisions et nous allons les prendre » affirme sur Europe 1, Gilles Legendre, président du groupe LREM à l’Assemblée Nationale.

Déjà deux mois et demi de « thérapie nationale », et le grand débat s’invite à l’Assemblée Nationale pour deux jours. Certains députés de l’opposition ont décidé de boycotter ce « show ». L’hémicycle était plutôt vide, mardi soir. Après une participation citoyenne qui aurait rencontré selon la majorité un franc succès, quatre thématiques du grand débat national ont été organisées au sein du parlement : mardi 2 avril à 16h30, sur le thème de la transition écologique et à 21h30, le thème de la fiscalité et les dépenses publiques.

Démocratie et citoyenneté, ce mercredi 3 avril à 16h30

Mercredi 3 avril à 16h30, sur le thème de la démocratie et la citoyenneté, et à 21h30, sur le thème de l’organisation de l’État et des services publics. Et enfin : le 9 avril à 16h30, déclaration du Gouvernement relative au grand débat national, suivie d’un débat.

Correction de trajectoire

Ainsi en toute logique mi-avril, comme l’explique le patron du groupe LREM à l’Assemblée : « nous aurons une vision très claire des pistes explorées, certaines portant sur des mesures immédiates, d’autres sur des transformations plus profondes. C’est à une refondation totale du pays que les Français nous ont invités. » Mieux Gilles Legendre est presque plus précis : « nous sommes parfaitement prêts à assumer des corrections de trajectoire pour que les Français qui travaillent puissent avoir une meilleure rémunération. » Certes, ce n’est pas un changement de cap, mais ça y ressemble.

L’acte II du quinquennat est en jeu

Le chef de l’état aura animé 14 réunions. Il n’aura rencontré pour débattre aucun Gilet Jaune. Mais il aura croisé 2 310 élus, vu un millier de jeunes, et une poignée d’intellectuels. Quoi qu’il en soit, la sortie du Grand Débat passe par L’Assemblée Nationale. Et plus difficile encore : reste à trouver une conclusion. L’acte II du quinquennat est en jeu. La parole et les décisions d’Emmanuel Macron sont très attendues.