Les musulman-e-s et musulmans sont fréquemment présenté-e-s de manière obsessionnelle par une grande partie du personnel politique bourgeois et toute une couche de pseudo-intellectuels polémistes comme la cause de tous les problèmes de ce pays, une population illégitime qui devrait être contrôlée y compris dans ses institutions confessionnelles. Ces discours racistes conférant à la haine ont des conséquences très directes sur les musulman-e-s et les musulmans en France. Le maire Ménard n’est pas en reste en stigmatisant toujours plus les musulmans de Béziers : il déclare plus ou moins cyniquement qu’il y aurait trop de musulmans dans « ses » écoles, il interdit une femme musulmane de tenir un stand au palais des congrès parce qu’elle porte un foulard, il fait peur à la population en parlant du « grand remplacement » fantasmé par l’extrême droite…

Tout cela crée les conditions pour que la population soit sous tension et pour empêcher le bien vivre-ensemble. Tout l’inverse de ce que devrait faire un maire.

En Nouvelle-Zélande ce sont bien les idées d’extrême droite qui ont armé le terroriste ayant fait au moins 49 morts lors de l’attaque contre la population côtoyant les mosquées à Christchurch. C’est au nom de la lutte contre le multiculturalisme et contre le soit-disant « grand remplacement » que cet acte épouvantable a été orchestré. Au bout des idées de la haine se trouve toujours la barbarie. L’histoire nous l’a malheureusement montré que ce soit contre les juifs, ou ici contre les musulmans…

Nous apportons notre plus grand soutien aux victimes de Nouvelle-Zélande, à leurs proches et à toutes les personnes dans le monde se sentant attaquées par ce drame inqualifiable.

Les insoumis du biterrois