[VIDEOS] C’est un géant américain qui fonctionne comme une start-up : innovation, adaptabilité et croissance. Dernier trimestre 2018, Gmail le produit messagerie de Google passe le cap des 1,5 milliard d’utilisateurs dans le monde. Les #AteliersGoogle s’installent à Montpellier. Difficile de refuser une masterclass avec ce monstre sacré du numérique.

Ce vendredi 15, c’était le lancement et l’inauguration à l’espace French Tech, des ateliers numériques Google qui seront disponibles dès samedi 16 février avec des formations gratuites qui débuteront le lundi 18 février. Lancé avec le soutien de Montpellier Méditerranée Métropole, cet espace sera animé par des “profs” Google avec une vingtaine de partenaires institutionnels, économiques et associatifs. Le grand public, comme les artisans, les entrepreneurs et les étudiants pourront se former ou se perfectionner aux outils numériques grâce à des formations, et à des conférences gratuites.

Google, levier d’insertion

Pour Philippe Saurel, maire de Montpellier et président de Montpellier Méditerranée Métropole, le projet avec Google est gagnant-gagnant. Et il possède une vertu supplémentaire “ réduire la fracture numérique.

Annonce - Pub - Advertisement

Au-delà de cet évènement, avec 15 médiathèques dans lesquelles existent déjà des ateliers numériques, le maire annonce aussi l’ouverture d’ateliers qui formeront au “rudiment du numérique, les personnes fragilisées et les personnes âgées”, rue Jacques Draparnaud à Montpellier. Philippe Saurel précise : “toute la Métropole à la fin de mon mandat sera pratiquement connectée.Interview :

Success Story

Un temps on pouvait dire : si Apple offre les outils pour créer, Google ordonne et range les créations. Mais ça, c’était avant. Maintenant avec un compte Gmail, c’est tout un univers d’outils de création et de communication qui s’offre aux usagers. Plus encore, une adresse email Gmail simplifie l’usage d’un smartphone sous Android.

Mais avant de devenir un service d’outils numériques presque incontournables, l’objectif des fondateurs Larry Page et Sergey Brin a été d’organiser l’impressionnant volume d’informations, qui devenait disponible sur le Web, partout dans le monde. Septembre 1998, les deux étudiants créent : Google. Août 1999, la barre des trois millions de requêtes par jour est franchie.

Octobre 2000, c’est le lancement d’Adwords un modèle économique “hyper rentable”. Une idée simple : vendre aux annonceurs les mots clés que les internautes utilisent pour effectuer leurs recherches. Et par un système d’enchères : vendre ensuite l’insertion de l’annonce dans les premiers résultats de recherche, un espace pub qui vaut de l’or. C’est en 2003, avec AdSense, une solution d’insertion publicitaire pour les sites, et en 2007 avec le rachat de DoubleClick, Google devient avec 80 % du marché de la publicité en ligne, le patron du Web. Quelques dates encore pour apprécier l’importance de Google. 2005, Google Maps une appli de navigation. 2006, rachat de YouTube. 2007 arrivée d’Android, le système d’exploitation pour smartphone. 2008, Chrome arrive sur le marché des navigateurs. 2010, début de l’aventure Google Car. 2016, Google Home, début du règne de l’IA, et un retour au hardware avec la gamme « made by Google ».

Alors, entrer dans l’univers Google peut rendre accro, addict, passionné, tellement les outils et les produits sont parfaitement adaptés à l’usage numérique d’aujourd’hui. Mais surtout, la suite logicielle dans le cloud, facilite grandement le travail tant personnel que collaboratif. Et il serait presque absurde de refuser une masterclass avec ce monstre sacré du numérique à l’espace French Tech de Montpellier. D’autant que sont abordés les problèmes de sécurité des données, ainsi que la protection des enfants et leur sensibilisation aux bonnes pratiques du numérique.

Une interrogation peut tout de même sembler légitime : Google qui organise des ateliers numériques, c’est un peu comme si Nutella organisait des ateliers crêpes, on a envie d’être rassuré sur l’ouverture aux différents environnements numériques. Une ouverture du champ des possibilités que mérite toute bonne pédagogie. Interview de Sébastien Missoffe, Directeur Général de Google France :

Débutants ou experts, particuliers ou professionnels, pour bosser ou pour se divertir, voici les informations pratiques : le lieu, Hôtel French Tech (Ancienne Mairie), 1 place Francis Ponge, 34 000 Montpellier. Du lundi au samedi de 9h à 19h, le jeudi de 9h à 13h30 avec des ateliers et des animations gratuits et ouverts à tous.

Au programme la semaine du 16 février et la liste est non exhaustive :

  • “Décrypter l’information sur internet”, de 10h à 11h et de 14h à 15h (espace collaboratif)
  • “Sécuriser sa présence sur les réseaux sociaux”, de 11h à 12h et de 15h à 16h (espace collaboratif)
  • “Protéger ses données”, de de 12h à 13h et de 16h à 17h (espace collaboratif)
  • “Découvrir le code”, de 10h à 11h, de 12h à 13h et de 15 à 16h (salle 2)
  • “Les tendances de recrutement dans le numérique”, de 15h à 15h30 (espace conférence)
  • Programme complet sur ce lien

Côté contestation

La Carmagnole, ATTAC, i-Boycott, et leurs militants s’interrogent sur cette installation et sur ces formations gratuites. Ils s’inquiètent même de la disparition de la Cyberbase publique qui serait envisagée. Ce à quoi Philippe Saurel a répondu : « Fake news, » et il a précisé que la Cyberbase continue son travail de formation. Intervention de Rhany Slimane (France insoumise) face aux responsables Google, et interview de Boris Chenaud (la Carmagnole) et de Delphine Portanier (i-Boycott Montpellier). Ils soulèvent aussi le problème de la fiscalité très discuté de Google en France, dans un contexte de justice fiscale et sociale, portée par les Gilets Jaunes.

Annonce - Pub - Advertisement