Dénonçant les accords de non-intervention passés avec les gilets jaunes, plusieurs camions de gendarmes mobiles sont arrivés dimanche soir vers dix-neuf heures (certains avec la tenue anti-émeute de CRS) pour déloger le groupe qui tenait un des deux blocages de Saint Césaire.

Les gilets jaunes, ne voulant pas aller à l’affrontement, ont envoyé deux personnes les représentant affirmer qu’ils resteraient pacifiques. Ils ont donc laissé passer les Savoyardes (type de semi-remorque) de chez Auchan, pendant deux heures. Ensuite, les gendarmes sont repartis, et les gilets jaunes ont repris possession de leur position. Les feux ont été rallumés ou ravivés, le camp a été rétabli. « On a perdu une bataille, mais pas la guerre. On lâche rien », explique Kévin qui reste très mobilisé.

Samedi – Une manifestation « bons enfants ».

Samedi après-midi, une réunion de gilets jaunes a eu lieu sur le parking du stade des Costières. À la Suite de quoi, un groupe d’environ cent personnes a décidé d’aller rejoindre, en trambus, à la préfecture de Nîmes, une quarantaine de gilets jaunes déjà sur place.

Les policiers, d’abord surpris de ce rassemblement non déclaré, ont finalement laissé ce groupe bon enfant chanter, manifester devant les grilles de la « pref’ ». Groupe qui est ensuite parti déambuler autour des boulevards, à la mairie où des gilets jaunes ont été accrochés…. Dans leur cheminement, des passants se sont joints à eux. Tous ont de nouveau fini à la préfecture en chansons.

Avis aux Nîmois : Rendez-vous serait pris pour un nouveau rassemblement, samedi prochain.