Philippe Saurel, maire de Montpellier et Président de sa métropole s’exprimait ce matin en conférence de presse sur les propos de Guillaume Pépy, PDG de la SNCF.

Vendredi 21 septembre au matin, Guillaume Pépy, PDG de la SNCF s’exprimait sur l’inactivité avérée de la nouvelle Gare de Montpellier, au micro de Jean-Jacques Bourdin sur BFM TV : « Mais pour que ça marche, il faut que les élus mettent un transport public qui va dans cette gare. »

VOIR AUSSI : Les militants écologistes demandent que la gare Montpellier Sud de France soit « fermée » ou « tourne au ralenti »

Pour le maire-Président, il faut être patient et pragmatique, car la gare existe et « nous sommes dans les temps ».

Philippe Saurel a détaillé les futures mesures qui seront mises en place notamment sur l’accessibilité : différencier les arrivées des deux Ouigos arrivant au même horaire pour décembre et ouvrir un second dépose-minute au nord de la gare, en somme, de quoi patienter jusqu’à l’arrivée de la Ligne 1 et le futur trafic ferroviaire.

Il s’agit aussi pour le principal intéressé de continuer à se « battre pour obtenir la LNMP » (Ligne Nouvelle Montpellier-Perpignan) et renforcer le trafic ferroviaire.

Pour le premier édile de la septième ville de France, il faut voir au-delà et penser aux cinquante à cent ans à venir.

L’équipement serait un investissement pour l’avenir, « ou on dit cette gare, elle ne sert à rien, on la rase, ou on dit on va faire au mieux pour l’utiliser pour les 100 ans à venir ».

Il va plus loin, « si on veut être un peu plus dans la prospective ». Ainsi selon l’édile la croissance démographique du territoire laisserait imaginer que toute la zone qui court jusqu’à Perpignan sera dans les 50 ans à venir, une zone de vie exceptionnelle qui légitimera un tel investissement.