Tieri Briet est un citoyen engagé. Enchaîné et en grève de la faim, devant le CRA au 15 quai François Maillol à Sète, c’est le jour 5 de son action.

Le personnel du CRA, Centre de Rétention Administrative, commence à s’habituer à sa présence. Le matin et dans la journée, certains le saluent et lui disent bonjour. D’autres, plus rares lui lancent un regard de défiance. Regard qui pourrait être lu comme de l’admiration face à un homme qui mène un combat devant lequel personne ne peut rester indifférent.

Annonce - Pub - Advertisement

Beaucoup de monde l’entoure. Beaucoup de passages et beaucoup de signes d’encouragement. Ce matin, une conductrice en passant lui lance de sa voiture : « courage, on est tous avec vous ». Un jeune homme timidement lui a déposé des fruits, c’est sympa, mais ils serviront à ceux qui l’accompagnent jour et nuit. Différente, mais pas indifférente, une dame souriante est venue hier au soir pour discuter : « je ne suis pas d’accord avec vous, mais j’ai envie de comprendre ». Tieri Briet est très calé sur le sujet. Lui et le Collectif sont devenus des experts sur ces questions de migrants et de CRA. Ils représentent un capital et un savoir citoyen, essentiels à la bonne conduite de leurs actions.  Avant de repartir, sa nouvelle amie parce qu’il est comme ça Tieri, difficile de ne pas être ami avec cet homme, sa nouvelle amie donc, repartira en lâchant : «  … c’est vrai, j’ai un peu, et souvent mauvaise conscience. » L’intelligence du propos et la pédagogie de l’enchaîné permettent à tous, avec un peu d’ouverture d’esprit d’envisager une nouvelle vision de l’avenir.

Depuis mai 2018, les membres du « Collectif exCRAdition Générale » entrent dans ce Centre de Rétention Administratif pour rencontrer les migrants et porter au dehors à travers des récits, leurs parcours de vies brisées, qui sont venues s’échouer derrière des murs sétois. Et c’est à l’extérieur sur les murs de la ville que l’on peut lire ces récits…

Moussa Kanté a été reconduit en Italie et Aly Sidibé a été mis dans un avion pour la Côte d’Ivoire. De ces deux jeunes, l’un va se retrouver très vite à errer dans les rues italiennes, l’autre affrontera à nouveau le déséquilibre de son pays à l’image de la ville de Baouké que Hervey Delmas Kokou, directeur d’Amnesty International Côte d’Ivoire, définit ainsi : “Il y a beaucoup d’armes … Ça peut exploser à tout moment.” Le combat de Tieri Briet se poursuit. Trois nouveaux jeunes migrants ont été enfermés, à Sète.

Aujourd’hui, sur l’île singulière, une solidarité se construit avec les gens qui souffrent. Le soir Jour 4, Charles Bousquet un artiste violoncelliste a joué aux côtés de Tieri Briet, pour les enfermés du CRA. Du Patty Smith et du Doors revisités par ce jeune talent, qui a ensuite slamé tout son soutien dans une oeuvre originale.

VOIR AUSSI : Tieri Briet, un homme libre dans l’action

Jour 10, mercredi 20 juin à 18h00, Batuc’ Bacana aux rythmes brésiliens, le groupe sera là, pour soutenir l’action du Collectif exCRAdition Générale.

texte Tieri Briet

Annonce - Pub - Advertisement