Comment échapper à la galère des grèves ? Est-ce vraiment la seule question à se poser le mardi 3 avril 2018. Une journée qui inaugure un mouvement de trois mois qui doit durer jusqu’au 28 juin. Les cheminots veulent faire entendre leur opposition à la réforme de la SNCF qui va transformer leur entreprise publique en société anonyme.
Alors les autres questions que l’on peut légitimement se poser : doit-on considérer comme juste, la volonté d’un ancien banquier d’affaires, devenu Président, E. M...

Pour lire la suite, vous devez être connecté et abonné .