Entretiens croisés de Bruno Paternot, Co-Secrétaire, et Manu Reynaud, Porte-parole, du groupe local Europe-Écologie les Verts de Montpellier.

Europe-Écologie les Verts au national

Sur Notre-Dame-des-Landes, pour Manu Reynaud : « On sort d’une période extraordinaire qui est la décision sur Notre-Dame-des Landes, il faut le dire, c’est une réussite. Nicolas Hulot a pesé de tout son poids pour arriver à obtenir cette décision. ». Bruno Paternot complète : « On a bien compris que ces grands projets inutiles n’avaient qu’une seule ambition, celle d’une plaque avec le nom de l’élu qui a fait en sorte que ça se construise […] là-dessus, la société a bougé ».

Sur Europe-Écologie les Verts, son devenir, son fonctionnement, Manu Reynaud explicite : « On n’est pas un parti militant. » « Ce n’est pas un parti de masse, ça ne peut pas l’être ». Il s’amuse même à souligner : « On a les électeurs les plus intelligents de tous les partis politiques. Ils ne votent pour nous que quand ça a du sens et que ça sert à quelque chose. C’est pour ça qu’on passe de 2% à la Présidentielle avec Eva Joly à 16% aux Européennes. Quand on est utile avec Daniel Cohn-Bendit, avec José Bové, avec Eva Joly, ils votent pour nous. Quand on ne sert à rien, ils nous mettent à 2%. ». Sur les dernières Présidentielles, il glissera même : « Je ne regrette pas mon vote pour Benoît Hamon, parce qu’à un instant t, on a fait une bascule. D’une certaine façon, on a permis de casser le PS, c’est peut-être une bonne chose… Maintenant, tout est à écrire. ».
Sur le plan organisationnel, Bruno Paternot précise : « On est sur la préparation

Pour lire la suite, vous devez être abonné.

Inscrivez-vous dès maintenant !