Le 1er janvier 2018, la réforme de la décentralisation et dépénalisation du stationnement sur voirie issue de la loi MAPTAM (loi de Modernisation de l’Action Publique Territoriale et d’Affirmation des Métropoles) a permis à la Ville de Montpellier de changer les règles relatives au stationnement sur la voirie.

Vocabulaire nouveau pour une note plutôt salée.
Le PV devient le forfait post-stationnement.

Depuis le 1er janvier, le défaut ou l’insuffisance de paiement du stationnement sur voirie ne fait plus l’objet d’une amende pénale de 17€. Elle est remplacée par un « forfait post stationnement ». L’usager ne s’acquitte plus d’un droit de stationnement, mais d’une redevance d’utilisation du domaine public, compétence relevant dans notre cas du conseil municipal de la Ville de Montpellier.

  • En zone verte, la zone dite de « longue durée », le forfait post stationnement est de 10€, si le règlement de l’usager est fait sous 4 jours. Au-delà, il est de 17€.
  • En zones jaune et orange, le forfait post-stationnement est de 17€, si le règlement de l’usager intervient sous 4 jours. Au-delà, il est de 33€.

Ces modifications sont accompagnées d’une évolution des zonages :

  • Trois secteurs proches du centre-ville voient leur zonage passer du vert à l’orange: Cité Mion, Arceaux – Figuerolles et Les Aubes – Pompignane.
  • Quatre secteurs sont devenus payants : Les Grisettes, Port Marianne et Celleneuve seront désormais classés en zone de stationnement orange, tandis que Cité Astruc – Clémentville et Beausoleil seront classés en zone de stationnement verte.
Évolution de 2017 à 2018 – Source : http://www.montpellier.fr/evenement/21189/3624-reforme-du-stationnement-ce-qui-change-a-partir-du-1er-janvier-2018.htm

Cette évolution entraîne pour certains habitants, le paiement nouveau d’un tarif annuel de 150€ ou mensuel de 15 € pour pouvoir stationner dans leurs zones d’habitation.

Enfin, une entreprise délégataire de service public, la TAM (Transports de l’agglomération de Montpellier) est à présent chargée de gérer le stationnement payant sur voirie, et ce jusqu’au 31 décembre 2024.

La mise en œuvre de l’ensemble de ces changements est étalée jusqu’au 15 mars 2018.

En attendant le printemps, le PV nouveau ou le « forfait post-stationnement » est en mode aléatoire, loterie ou roulette russe.

Dans les quartiers l’ambiance est à l’incertitude. Payer ou ne pas payer son stationnement, telle est la question. Faut-il se laisser racketter par ce nouvel impôt digne du shérif de Nottingham ? Mais qui est donc le shérif 

Pour lire la suite, vous devez être abonné.

Inscrivez-vous dès maintenant !