Hérault, Hugues Moutouh conférence de presse - décembre 2021 (©JPV)
Hérault, Hugues Moutouh conférence de presse - décembre 2021 (©JPV)
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur telegram

Conférence de presse ce vendredi 3 décembre, santé, Covid et vaccination, sécurité, économie, le préfet de l’Hérault, Hugues Moutouh, virtuose des chiffres a fait le bilan de l’action des services de l’État pour cette année 2021.

Comptable du temps présent, pour évaluer, mesurer et mener au plus juste l’action de l’État, le Préfet a su jongler avec les chiffres pour appuyer sa démonstration : « un État présent sur tous les fronts, pour répondre à un fort besoin de nos concitoyens. » Empruntant ces mots de 1800, au ministre de l’Intérieur Lucien Bonaparte : « fortune publique, prospérité du territoire, repos de nos administrés, » Hugues Moutouh a ainsi rappelé toutes les responsabilités fondamentales, des missions portées par les préfets.

Hérault : « 65 millions d’euros ont été consacrés, directement par l’État, à l’hébergement des plus vulnérables »

L’Économie est affectée par la crise sanitaire, mais « grâce à la mobilisation générale d’un grand nombre d’acteurs, il y a eu peu de faillites et peu de chômage. Et les personnes particulièrement vulnérables, déjà en situation de précarité, ne sont pas tombées plus bas, grâce à des actions de solidarité et d’assistance sociale déployées par les services de l’État, des collectivités et des partenaires associatifs. » Hugues Moutouh précise que dans l’Hérault « 65 M€ ont été consacrés directement par l’État à l’hébergement des plus vulnérables, et à leur insertion sociale. »

« 150.000 salariés de l’Hérault auront bénéficié du dispositif d’allocation partielle d’activité »

Afin d’éviter les licenciements en période de pandémie, « l’État a déployé un filet de sécurité de grande ampleur […] 150.000 salariés de l’Hérault auront bénéficié du dispositif d’allocation partielle d’activité pour un montant au budget de l’État de 470 M€. » Le préfet insiste : « tout le monde est unanime, les initiatives de l’État ont été déterminantes. » Démonstration en chiffres à nouveau, avec une image du Directeur départemental des finances publiques : « chaque jour en 2021, ce sont 4,8 M€ qui auront été donnés au soutien des entreprises, dans le département de l’Hérault. » Et, constat : « le chiffre d’affaires sur l’année 2021 des entreprises du département à hauteur de 38 milliards d’euros a connu une hausse de +15% » souligne Hugues Moutouh. Les collectivités territoriales ne sont pas en reste, elles ont été aidées de façon importante cette année, « à hauteur de 26 M€ pour l’ensemble de la dotation d’investissement, et 225 M€ pour la dotation de fonctionnement. » Cela étant, le taux de chômage 11,3% reste l’un des plus hauts de France.

« Violences sexuelles + 36,4% par rapport à 2020 »

Côté sécurité, le préfet de l’Hérault annonce que « la délinquance de voie publique baisse notablement – 25,8% depuis 2017 […] En revanche, nous sommes confrontés à une hausse significative des violences sexuelles + 36,4% par rapport à 2020, cela correspond à 472 faits. Nous avons également une hausse des violences intrafamiliales +8,3% par rapport à 2020 avec 1848 faits. » En corrélation avec cette augmentation, la surconsommation d’alcool et de stupéfiants, et pour Hugues Moutouh :« ça, c’est un vrai problème ! »

Trafic de stupéfiants, « nous ne lâcherons rien, vous pouvez compter sur moi »

Le préfet insistera sur « ce cancer qu’est le trafic de stupéfiants » à Montpellier. « Vous le savez c’est une priorité d’action du ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin, » il y a un impératif de « santé publique » et une lutte à mener contre « la violence et la criminalité qui déstabilisent bon nombre de quartiers à Montpellier. » La politique pour le département avec les autorités judiciaires est définie par « zéro tolérance, zéro compromis et responsabilisation. » Le préfet l’affirme : « il faut poursuivre les membres de ce trafic, et interpeller les consommateurs qui alimentent le système […] nous ne lâcherons rien en la matière, vous pouvez compter sur moi. » Démantèlement des points de deal, 2 594 infractions pour usages de stupéfiants, 1 343 kilos de cannabis et 5 kg de cocaïne saisis, ajouté à cela la captation de 3M€ d’avoir criminel, « on touche au portefeuille, croyez-moi ça fait mal » indique Hugues Moutouh.

Bidonvilles, « j’ai lancé des opérations d’évacuation »

Questions squats et bidonvilles, « depuis le mois d’aout, j’ai lancé des opérations d’évacuation, à ce stade, cinq campements illégaux ont été démantelés et trois squats neutralisés. » Des actions menées « suite à des décisions de justice », insiste le préfet et parfois « après de graves incidents constituant des risques avérés pour la sécurité des occupants, mais aussi pour les primo-intervenants apportant les secours. » Précision d’importance, « les pouvoirs publics ont systématiquement, lors de ces démantèlements de campements illégaux, proposé de solutions d’hébergement aux personnes les plus vulnérables. » Chiffres à l’appui : « Pour Mas Rouge : 33 ménages représentant 113 personnes se sont présentés pour un relogement. 14 ménages ont été relogés, mais 13 ménages n’ont pas souhaité être pris en charge. Pour le Zénith, sur les 100 personnes occupant le site, 60 ont bénéficiées d’un relogement, 40 ont refusées la prise en charge. » Suite à l’évacuation des bidonvilles de Nina-Simone et Pablo-Picasso « 53 personnes ont été accueillies dans un immeuble vide, un EHPAD réquisitionné par mes soins » confie Hugues Moutouh, tout en remerciant la fondation Abbé Pierre « pour sa précieuse collaboration. »

Hugues Moutouh souhaite « résorber l’intégralité des bidonvilles dans les deux prochaines années »

La prochaine opération d’évacuation sera Celleneuve, « le plus gros bidonville du département. » Un groupe de travail en amont, avec les services de la métropole, les associations et les services de l’État, a mis en place « une solution qui sera opérationnelle aux alentours de février-mars. » L’État va débloquer « 1,35 M€ par an pendant deux ans » pour l’installation de logements temporaires « sur un terrain fourni par la Métropole. » L’objectif est ambitieux, il s’agit pour Hugues Moutouh de « résorber l’intégralité de ces bidonvilles dans les deux prochaines années. » Détail essentiel : « chaque fois qu’une décision de justice le permettra, j’accorderai le concours de la force publique et ferai procéder à l’évacuation des propriétés illégalement occupées. »

COVID, la 5e vague

L’inquiétude du moment, la 5e vague, hausse inquiétante des contaminations avec un taux d’incidence de : « 462 pour 100.000, et un taux de positivité à 7,2% […] la situation de l’Hérault est très préoccupante. » Mais il n’y a pas encore de situation de saturation, « 91% des services de réanimation sont occupés, avec une part des patients Covid à hauteur de 23%. »

Deux écoles ont fermé : la maternelle Cervantès à Montpellier et l’école élémentaire Jules-Ferry à Marsillargues. 40 classes sont aussi fermées dans le primaire, c’est 36 clusters. Et 12 classes sont fermées en collège avec 9 clusters. Au total, il y a dans l’Hérault à ce jour, 552 élèves et 43 enseignants déclarés positifs.

« La couverture vaccinale est de 93% dans le département pour les plus de 12 ans, tous âges confondus le chiffre est de 80,6%. » Pour le préfet, c’est la vaccination qui permet d’absorber cette 5e vague, il invite un maximum de personne à se faire vacciner. Et concernant le troisième rappel, il ajoute : « jamais deux sans trois, me semble le bon slogan. »

Manifestations, « il y a toujours cette poche d’irréductibles réfractaires, je leur demande de tourner le dos aux thèses complotistes, » et avec un trait d’humour, ou de philosophie en usant de « l’allégorie de la caverne » de Platon, Hugues Moutouh leur propose de sortir « de la caverne des opinions et des préjugés, dans laquelle ils sont enfermés depuis de nombreux mois. »

En conclusion, sera mis en avant « la volonté de l’État d’être au plus près des préoccupations de nos concitoyens sur le territoire. » En exemples : le passage de 19 Maisons France Service en 2019, à 34 en 2021. 64 conseillers seront recrutés pour « réduire la fracture numérique, donc sociale sur le territoire. » Le préfet de l’Hérault rappelle aussi que « souvent l’action des services de l’État contribue, sans que cela ne se sache forcément, à l’amélioration du bien-être de nos concitoyens dans les quartiers les plus défavorisés. »

Partager l'article :

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur telegram