Passage du Tour de France à Nîmes (© CDS)
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur telegram

Parti de Brest cette année le 26 juin, le Tour de France passe pas moins de 5 jours en Occitanie cet été.

Venu de la Drôme et de Saint-Paul-Trois-Châteaux, c’est Nîmes, capitale du Gard, qui accueillait durant deux jours la petite reine et ses très nombreux adorateurs. Des milliers de Gardois étaient au rendez-vous pour accueillir la Grande Boucle ! Reportage.

« Eh non bonhomme, là je n’ai plus rien pour toi, mais reviens demain matin près des Arènes, on aura plein de bonbons et aussi des portes-clés » hurle un membre de l’équipe publicitaire de la marque Haribo, devant Léo 6 ans le visage triste et son papa, quelques minutes à peine après la victoire de Nils Pollitt, vainqueur de l’étape, ce jeudi 8 juillet à proximité du Parnasse de Nîmes.

Vu sa déception, il y a fort à parier que Léo et son papa faisaient sûrement partie des milliers de Gardois qui étaient présents dès les premières heures de ce vendredi 9 juillet aux abords des majestueuses Arènes de Nîmes, lieu d’implantation du « Village Départ » du Tour de France.

Circuler ce matin dans Nîmes s’avérait très vite très difficile au vu des rues bloquées, déviées pour permettre aux bus des équipes, à la caravane publicitaire et à toutes les équipes techniques qui permettent que ce Tour de France ait lieu, de circuler correctement.

En tout début de journée, certaines rues aux abords des Arènes et de la gare ferroviaire de Nîmes centre étaient ainsi interdites aux voitures « remplacées » par des nuées de piétons, amoureux de la petite reine. Bien avant 9 heures du matin, il y avait déjà une très longue file d’attente de fans de vélos, curieux de découvrir l’immense village départ. Seule la boutique ambulante du Tour était déjà ouverte et, bien nombreux étaient les badauds qui s’arrêtaient devant pour regarder et acheter des produits officiels de l’évènement.

Les deux speakers, quant à eux, enchaînent les animations sur le camion plateau du Tour.

Debout, ils enchaînent les différentes présentations, debout, face au public, mais dos aux Arènes. Là aussi, le public a répondu présent. Les Occitans présents ne sont séparés des speakers que par une voie de circulation. Et pour cause, telle une symphonie minutée, minutieuse, bien rodée, s’élance peu après 10 heures, la mythique caravane publicitaire.

L’association « Mécénat Chirurgie Cardiaque », la lessive X-Tra, les maisons de retraite Domitys, Century 21…… Durant plus de 25 minutes, des dizaines de voitures réaménagées et multi-couleurs passent à vitesse très lente. De jeunes hôtesses debout sur le toit des véhicules jettent des dizaines de goodies et de petits cadeaux gratuits, au public agglutiné tout le long des barrières de sécurité. À l’applaudimètre, sans discussion, ce sont les fameux bobs « Cochonou » qui sont les plus réclamés. Dès qu’un membre de la marque jette les petits chapeaux estivaux vers le public, les gens se jettent et se bousculent pour les récupérer, comme s’il s’agissait de billets de banque.

La température monte crescendo comme l’envie des spectateurs de pouvoir enfin voir leurs champions. Le départ était annoncé peu après midi devant les arènes, à quelques mètres à peine du flambant neuf Musée de la Romanité. Alors, peu après 11h45, la délivrance est enfin là pour les Nîmois. Les bus des équipes cyclistes sont là. Les voitures des soigneurs sont en place.

Les champions vont enfin apparaître. Toujours leader incontesté de cette épreuve 2021 du Tour de France au départ de la capitale gardoise, le svelte slovène Tadej Pogacar se faufile jusqu’à la ligne de départ sous les hourras du public. Le jeune homme arbore le prestigieux maillot jaune et esquisse de petits sourires discrets pour faire plaisir à la nuée de photographes de presse présents face à lui. Le leader du classement général est rapidement rejoint par les autres coureurs cyclistes.

12h13. « Le départ, c’est maintenant dans un peu plus de 80 sec…« , s’égosille le speaker présent face aux sportifs.

La fin de sa phrase est rendue inaudible tant le public acclame les rois de la petite reine. Juste avant cela Jean-Paul Fournier, Maire de Nîmes et Marie Françoise Lecaillon, Préfète du Gard posent pour la photo officielle sur la ligne de départ de l’étape du tour, avec juste derrière eux le maillot jaune et les dizaines d’autres coureurs.

À peine le temps pour les personnalités de se retirer de la ligne de départ, que déjà c’est l’heure de partir pour Carcassonne, ville arrivée de l’étape du jour. Il fait déjà plus de 30 degrés. Les policiers surveillent, les agents du Tour de France sont sur les dents.

Christian Prudhomme sort de sa voiture de directeur du Tour de France et indique qu’il est l’heure de quitter Nîmes. Dans un énorme brouhaha, les cyclistes prennent la route pour Carcassonne.  Sûrement, présents  ce matin, quelque part aux alentours du Musée de la Romanité et des Arènes, Léo et son papa ont dû apprécier la féérie du Tour.

3 questions à… Stéphanie Régnard, Directrice de la Communication et Sponsoring de Domitys France.

Présent sur la Grande Boucle depuis 2018, le spécialiste français des résidences pour Séniors est lié au Tour jusqu’en 2023 et voit bien plus loin. Entretien-vérité.

Le Mouvement : Stéphanie Régnard, pour quelles raisons la société Domitys est-elle présente sur une compétition sportive comme Le Tour de France ?

Stéphanie Régnard : Le vélo, c’est le sport de tous. Ici on voit des dizaines de jeunes coureurs. Ils ont entre 20 et 30, 32, 35 ans. Et pourtant, dans le public, c’est un public inter-générationnel qui vient les voir et les applaudir, chaque jour, aujourd’hui à Nîmes comme partout en France, chaque année. Le vélo, c’est le sport accessible à tous, populaire. Le Tour de France est un évènement planétaire. Être présent sur le Tour nous permet d’aller à la rencontre des gens et nous offre une notoriété, une visibilité importante.   

LM : Mais alors justement, Domitys est un spécialiste des résidences services seniors, pour personnes âgées. Et on retrouve la firme sur une épreuve où les champions ont tous moins de 40 ans. Cela peut surprendre, non ?

SR : Comme je le disais, les cyclistes du Tour sont jeunes, mais on le sait tous, tout le monde peut faire du vélo. Au sein de nos établissements, on veut remettre le vélo dans le bien-vieillir de nos résidents. Certains ont même pu faire 10 kilomètres de certaines étapes qui ont lieu cet été, il y a quelques semaines. Le vélo, c’est clairement le sport de tous et c’est pour cela que Domitys est présent sur la grande boucle depuis 2018.

LM : Quel coût pour Domitys d’être ainsi sur le Tour ? Et quelles sont les perspectives pour l’entreprise, avec le Tour de France ?

SR : Domitys est présent sur le Tour de France, mais aussi sur la flamme rouge du dernier kilomètre de Paris-Nice chaque année. L’entreprise est aussi sur le « Critérium du Dauphiné ». Nous avons longuement réfléchi sur le sport à choisir pour développer l’image de l’entreprise entre autres. Et après réflexion, le vélo nous offre une visibilité incomparable par rapport à d’autres sports. Sur une année, le budget Vélo pour Domitys se situe aux alentours de 500 000 euros, dont près de 300 000 euros dans le partenariat avec le Tour de France. On discute actuellement avec les dirigeants d’ASO qui organisent le Tour pour prolonger le partenariat jusqu’à 2026. On envisage aussi de changer de statut, d’avoir encore plus de visibilité, etc… Mais tout cela a un coût, donc on est en discussions. Là, nous sommes liés contractuellement jusqu’à 2023. C’est signé, mais on envisage sérieusement de prolonger et renforcer l’accord pour 3 années supplémentaires.

Partager l'article :

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur telegram
À LA UNE
Montpellier Patient Covid en réanimation ©JPV

COVID19 : Déclenchement du plan blanc, dans les établissements de santé d’Occitanie

Face à la dégradation très rapide des indicateurs épidémiques, sans précédent depuis le début de la pandémie, l’Agence régionale de santé a demandé aux établissements de santé publics et privés...

Montpellier : une application pour découvrir les œuvres inspirées par l’Antiquité gréco-romaine

Le musée Fabre a décidé de lancer une application numérique en ligne « Voyage en méditerranée antique : la visite dont vous êtes le héros !«  Le jeu numérique interactif accessible...

VIDÉO, INTERVIEW, ÉMISSION
LES PLUS LUS
Liza Papel & Camen Bruère #LPCB
ANNONCES LÉGALES