La Mairie de Montpellier (© Lila Brochier)
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur telegram

La loi Macron du 6 Août 2019 impose aux personnels des collectivités locales, et notamment  les personnels des écoles, de passer aux 1607 heures de travail par an, à partir du 1er janvier  2022.

Pendant que les 43 milliardaires de France, tous gros actionnaires, ont empoché 170 milliards  DE PLUS en neuf mois, voilà comment le pouvoir traite nos « premiers de corvée » de catégorie  C, agents, animateurs et Atsem ; ces dernières notamment sont au contact quotidien, plus de 9  heures par jour travaillé, avec les enfants de maternelle.

Quant aux Collectivités elles ont perdu en quelques années le tiers des dotations de  compensation versées par l’Etat.

Mais refusant d’entendre les propositions concrètes faites par l’Intersyndicale pour gérer la  situation, la Mairie a décidé de saisir l’occasion pour imposer unilatéralement la journée de 10  heures au lieu de 9 h45 ; pire, la dixième heure tout entière serait consacrée à de nouvelles  tâches d’animation, en dehors du temps scolaire proprement dit, cela aux dépens des  animateurs, renvoyés à Pôle Emploi en fin de contrat.

Par-dessus le marché cela se ferait en horaires de travail variables, en alternance chaque  semaine.

La tension qui a monté lors de la manifestation combative et bon enfant du 22 Juin devant  l’Hôtel de Ville, ne saurait entraîner de quelconques sanctions contre les personnels.

Le capitalisme est dans son rôle quand il épuise les salariés en activité et condamne les autres  au chômage. Mais les collectivités locales, élues par la population, se doivent d’assurer un  service public de qualité auprès des enfants et de leurs familles, ce qui veut dire aussi veiller au  bien-être de celles et ceux qui travaillent pour eux.

Les communistes de Montpellier, fidèles à leurs valeurs de toujours, appellent  l’ensemble de la population à agir : 

  • Pour faire abroger la loi scélérate de Macron. Exigence formulée publiquement dès le 5 Mai  de cette année dans les locaux de l’Hôtel de Ville de Montpellier, par notre secrétaire national  Fabien Roussel et le groupe des élu.e.s communistes et républicains. C’est pourquoi il faut élire  des député.e.s au service du peuple.

  • Pour que la Mairie renonce à toute répression à l’encontre du personnel des écoles en lutte.

  • Pour que la Mairie prenne en considération les propositions concrètes des salariés, représentés  par leur Intersyndicale.

Section PCF de Montpellier

Partager l'article :

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur telegram
À LA UNE

Sète : Végétalisation participative, demandez le guide !

Végétalisation participative : un guide pour accompagner les habitants. Ça se passe à Sète. Débroussailler, nettoyer, planter, ce ne sont pas les seules missions du service Jardins et paysage de...

Variant Omicron : 13 cas suspects en France

13 cas suspects de contamination au variant Omicron de la COVID-19 ont été détectés en France. Selon Gabriel Attal en conférence de presse ce mercredi : « il y a actuellement...

VIDÉO, INTERVIEW, ÉMISSION
LES PLUS LUS
Liza Papel & Camen Bruère #LPCB
ANNONCES LÉGALES