MO.CO (© Montpellier)

Le collectif et son élue Alenka Doulain ont décidé de soutenir la demande du déféré préfectoral des étudiants de l’École des Beaux-Arts contre la nomination de Numa Hambursin à la direction du MO.CO.

Avec 12 voix sur les 19 possibles, Numa Hambursin avait devancé Ashok Adicéam (6) et Céline Kopp (1), avec presque les deux tiers des voix, mais pas les 13 qui semblaient nécessaires… malgré tout Éric Penso, a décidé de valider la victoire de Numa Hambursin.

Pour Nous Sommes, la « désignation au forceps piétine les règles de la démocratie et illustre la politique de népotisme qui s’est mise en place depuis l’élection du maire PS de Montpellier ».

La position d’Éric Penso, vice-président à la culture, ne passe pas.

À la suite de son interview par l’Agglorieuse, le collectif estime que « l’élu PS a tenu des propos qui démontrent le sentiment d’impunité de la machine PS de la métropole ». L’élu expliquant au cours de son interview, « qu’il manquait un petit quelque chose puisque ce n’était pas les 2/3 strictement parlant ».

Pour Nous Sommes, cette petite phrase est riche de sens, « le bras droit du maire en charge du volet culturel de notre ville avoue que la nomination du nouveau directeur du MO.CO. (ami du maire), n’est pas réglementaire, démontrant ainsi que le pouvoir confié au maire lui permet d’être au-dessus des lois lui permettant de servir ses amis en exonération ou en nomination. Si M. Penso pense que « les amitiés entre le maire et le nouveau directeur sont un atout » nous dénonçons à nouveau la cousinade. »

Partager l'article :