Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur telegram

CRTE un sigle, bientôt un acronyme et qui sait, il deviendra peut-être un nom commun. Le Contrat de Relance et de Transition Écologique (CRTE) a une ambition : créer de nouvelles relations de travail entre l’État, les collectivités territoriales et l’ensemble des acteurs locaux que sont les entreprises, les associations, et les habitants.

Deux pilotes sont aux commandes de cette Relance en mode Transition Écologique : Barbara Pompili, ministre de la Transition écologique, et Jacqueline Gourault, ministre de la Cohésion des Territoires et des Relations avec les collectivités territoriales.

La signature du protocole d’intention s’est faite ce mardi 13 avril, salle des trophées aux arènes de Lunel, en présence du secrétaire général de la Préfecture de l’Hérault, Thierry Laurent, du Président de la Communauté de Communes du Pays de Lunel, Pierre Soujol, avec Karine Diaz Turquay chargée de la contractualisation à la Communauté de Communes, et Damien Vinsu chargé de Mission Territoires.

Coup de fouet à la relance économique sur les territoires ?

Le CRTE avec l’État a une durée de six ans. Il s’inscrit donc, dans le timing des nouveaux mandats municipaux et intercommunaux 2020-2026, et il veut donner un coup de fouet à la relance économique dans une période de crise sanitaire sans précédent, tout en tenant le cap de la transition écologique. Vaste programme.

Pour le président de la communauté de communes, ce Contrat de Relance et de Transition Écologique (CRTE) a pour vertu « d’harmoniser l’ensemble des actions à venir, et déjà engagées […] C’est un travail de territoire. L’intérêt, c’est qu’il regroupe de nombreux contrats qui existaient par le passé […] il permet de clarifier un bon nombre de choses. » 

« Les habitants se moquent des frontières administratives quand il s’agit de se loger ou de se déplacer, » explique Thierry Laurent. Coopération territoriale, l’ambition est bien de « construire une vision commune du territoire, et ça c’est à vous de l’élaborer, avec notre appui, avec la réflexion de l’État, mais c’est d’abord à vous de le faire. »

Avec, question tempo, « une vision a court terme » face à la crise et face à une relance nécessaire. « Et puis une ambition pour la durée de votre mandat, » précise le secrétaire général de la Préfecture de l’Hérault en soulignant que l’intérêt du CRTE, « c’est d’offrir une certaine visibilité sur les financements disponibles. »

L’État est le premier contributeur au budget des collectivités. Pour l’heure souligne Karine Diaz Turquay : « nous menons un travail de repérages au sein des communes, au sein de l’intercommunalité. » « À nous maintenant de faire ce travail, pour pouvoir utiliser ce nouvel outil à disposition des élus et des territoires » lance en conclusion Pierre Soujol.

Partager l'article :

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur telegram
À LA UNE

Cinéma en plein-air : Un mois d’août à Saint-Quentin-la-Poterie

Cet été, les Toiles du Sud et l’Office Culturel proposent quatre projections de films à découvrir en plein air. Le rendez-vous est fixé au Parc Chabrier, près de la place...

Sète agglopôle : Découvrez l’Antiquité en famille avec les Augustales, samedi 31 juillet et dimanche 1er août

Les Augustales, journées dédiées à l’Antiquité et à l’archéologie expérimentale sont de retour au Musée Villa-Loupian. Après une année 2020 sans Journées Romaines, le Musée Villa-Loupian a décidé de reprogrammer...

SOUTENEZ LE MOUVEMENT

Soutenez Le Mouvement !

Votre don est défiscalisable à hauteur de 66% !

Je participe
VIDÉO, INTERVIEW, ÉMISSIONS​
LES PLUS LUS
ANNONCES LÉGALES