Montpellier : Les enseignants se mobilisent contre la réforme des retraites, « Avec le système Macron, pour toucher autant, il faudra travailler plus ! »

Mobilisation des professeurs des écoles à Montpellier

Ce jeudi 19 décembre 2019, peu après midi, instituteurs et enseignants des collèges et lycées ont décidé de faire entendre leur mécontentement contre la réforme des retraites. 

Les mobilisations contre la réforme des retraites ne semblent pas prêtes à s’arrêter. Cette réforme de fond impacte aussi les agents de la Fonction publique. Ainsi, les enseignants et les instituteurs ont décidé d’agir contre ce nouveau projet du gouvernement, avec une distribution de tracts au slogan : « NON ! Au projet des retraites par points ! Avec le système Macron, pour toucher autant, il faudra travailler plus !« 

Ils étaient une trentaine réunis à l’intersection des rues Paul Rimbaud et Louis Ravaz, pour distribuer des tracts aux conducteurs. Ils ont exprimé leur mécontentement en chansons, accompagnés par les klaxons des citoyens : une façon pour eux de se faire entendre, de ne pas être invisibles, et surtout, d’être soutenus dans leur démarche !

« Il y a de la maltraitance. Nous souffrons au travail. L’État n’a qu’à descendre de là-haut et venir dans nos classes et dans nos hôpitaux pour voir comment ça se passe. »

Ainsi, s’exprime Cécile Canzals, institutrice. Cette action avait aussi pour but de sensibiliser la population à la réforme Blanquer. Les professeurs sont usés par leurs conditions de travail déplorables (dédoublement des classes, manque de remplaçant, etc…)

Tous ces enseignants de lycée, collège ou école primaire, se sentent également bridés dans leur expression : « On est empêchés de tout. On ne peut plus se rassembler. On ne peut plus faire des manifestations. Alors, on tracte. C’est peu. C’est du papier. C’est de l’énergie. C’est de la volonté. Mais on sera toujours là tant que les choses ne seront pas égales, justes, simples, pour tout le monde. »

Une question demeure : leurs revendications seront-elles entendues ?

Interview de Cécile Cazals, institutrice à Montpellier