© Zebulon_Usap
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur telegram

Perpignan est une terre de rugby, depuis plusieurs décennies.

Biarritz est la capitale française du surf, mais la ville abrite aussi un sacré club de rugby qui végète depuis bien trop longtemps déjà en ProD2, soit la 2e division du Championnat de France professionnel de rugby : le Biarritz Olympique. Les deux clubs s’affrontaient ce jeudi 8 avril en terre catalane. Le vainqueur faisait un petit pas de plus, vers un possible retour en Top 14.

Endormis. En voyant le début du match des Usapistes, la poignée de spectateurs présente en tribune et les journalistes assis en tribune de presse semblaient unanimes pour dire que les Catalans étaient physiquement sur le terrain, mais tout sauf actifs et vraiment pas dangereux pour le XV basque. Même si cette entame de match s’est vite résumée à un duel de buteur entre le spécialiste local Melvyn Jaminet et son adversaire du soir James Hart (6/6, 18e), ce sont bien les Biarrots qui semblaient bien plus en jambes que les locaux. Dans pareille situation, la punition n’a pas tardé.

Alors que les Catalans bénéficiaient d’un temps fort de possession du ballon à quelques hectomètres de l’en-but adverse, le Biarrot Steeve Barry a intercepté le cuir et s’est lancé dans un sprint à grandes enjambées sur plus de 80 mètres. À bout de souffle, le véloce basque poignardait au coeur les usapistes en inscrivant le premier essai de la soirée. (6/13, 25e).

Dès lors, la physionomie du match semblait évoluer un peu.

De là à dire que les Catalans revenaient dans la partie, il y a un pas qu’on ne peut clairement pas franchir. Loin de là. Mais les débats s’équilibraient enfin et les locaux étaient un petit peu plus mordants, ballon en main, et présents dans le camp adverse.

Crucifiés. Conscients de retrouver, un peu, leurs vertus, les Catalans pensaient être capables de marquer un essai. À l’inverse, les Biarrots restaient dans le jeu. Et, dans les dernières secondes du premier acte, ils venaient mettre deux coups de massue sur des Catalans qui n’en avaient pas besoin. Lassé de voir le maul s’écrouler à plusieurs reprises, l’arbitre sortait le carton jaune pour exclure temporairement Damien Chouly puis Genesis Lemalu du côté catalan. Soucieux de sanctionner durement les Catalans, l’arbitre accordait aux Biarrots un essai de pénalité qui permettait à ses derniers de rentrer aux vestiaires avec un avantage confortable au score (9/20, 40e.)

Un USAP à deux visages et deux vitesses !

Revigorés. « Ce qui se passe dans le vestiaire, reste clairement dans le vestiaire« , avait asséné à l’issue d’un récent autre match à domicile, le joueur catalan Damien Chouly. Alors, on ne saura peu ou prou rien de ce qui s’est dit dans le secret des vestiaires à la mi-temps. Une chose est sûre : le XV de USAP est revenu sur la pelouse, affamé de points et ultra motivé à l’idée de battre les Biarrots.

Cette rage de vaincre s’est vite fait sentir par l’attitude des leaders de l’équipe, mais aussi, et surtout au tableau d’affichage. Dominateurs et puissants, les coéquipiers d’un Melvyn Jaminet, encore auteur d’un sans faute ce soir au pied à domicile, ont marqué un essai dès la reprise du deuxième acte par le puissant Leon Seilala Lam (16/20, 44e.).

Déterminés, les Catalans embrayaient et maintenaient aussi leurs adversaires sous pression. Au terme d’un jeu de passes ciselées sur le côté droit de la défense basque, les Catalans inscrivaient en puissance un second essai par Ben Thomas Volavola. Métronome, Melvyn Jaminet transformait sans difficulté l’essai de son coéquipier. (23/20 56e.)

Dans une fin de match extrêmement plaisante à regarder, les 30 hommes sur le pré se sont donnés à 200% sur chaque action. Les deux équipes ont tout tenté, chacune avec ses moyens, sans jamais déjouer ni baisser ce beau match de rugby qui est toujours resté viril, mais correct. Les Catalans se sont montrés les plus forts, ce soir et l’emportent finalement 29/27 au coup de sifflet final !

Réactions d’après match

Shaun Sowerby (Manager, Biarritz Olympique) : « On maîtrise vraiment bien la première période. On joue bien. Les gars ont bien respecté les consignes. On rentre aux vestiaires avec 11 points d’avance au score. Mais, dans les trente premières minutes de la deuxième mi-temps, on n’y est plus du tout. On ne respecte pas les consignes. On prend trop de vagues offensives des Perpignanais pour pouvoir espérer quelque chose. Cela a été très pénible pour nous de voir cette deuxième mi-temps. On a été bons en première mi-temps et tellement moins bien en deuxième. L’USAP Perpignan n’a pas la meilleure attaque du championnat, sans raison. On l’a vu ce soir. Les joueurs sont déçus. On va voir pour la suite, mais là, c’est la déception qui domine. »

Lucas Peyresblanques (Talonneur, Biarritz Olympique) « On savait où on mettait les pieds. On savait que cela serait dur. On savait que Perpignan est une équipe costaude. En première mi-temps, on fait bien les choses. En deuxième mi-temps, l’indiscipline nous coûte vraiment très cher ce soir. On savait que l’on n’avait rien à perdre en venant ici. »

Sacha Lotrian (Pilier, USAP Perpignan) « On a voulu montrer qu’on a du caractère. Je crois que ça, c’est fait. On l’a bien montré. On est bien revenus dans le match ce soir. On est tous contents de montrer qu’on est là et bien là. On n’a pas fait une bonne première mi-temps. À la pause, on s’est tous regardé. On s’est fait souffler dans les bronches par les coachs. Cela a fait du bien à tout le monde. Le Graal (la remontée en Top14.) est encore loin, mais on continue d’avancer.

Mathieu Acebes (3/4 centre, Capitaine USAP Perpignan) : « On n’espérait vraiment pas ça en première mi-temps. À la pause, personne n’en ramenait large. Les coachs nous ont parlé. On s’est dit qu’il fallait faire autre chose, faire bien mieux. On devait se respecter nous-mêmes, on devait respecter notre maillot, notre club, nos nombreux supporters et aussi le Championnat de France. Cela a fonctionné. À l’avenir, on devra faire encore mieux. »

Patrick Arlettaz (Manager, USAP Perpignan) : « On passe par toutes les couleurs de l’arc-en-ciel, ce soir comme un peu durant tout la semaine. Ce soir, on joue à 13 contre 15 et on leur met un essai. C’est une bonne chose. Par contre, on était beaucoup trop nerveux en début de match. À la pause, on a parlé à tous les joueurs. On a changé de plan tactique. On a réclamé du jeu plus fluide, plus simple en deuxième mi-temps et aussi du jeu plus rapide entre les lignes. Ce groupe-là est capable de tout. On le sent. On sent tous qu’ils aiment jouer ensemble et qu’ils ont envie de vivre un grand truc ensemble. Ce soir, clairement, en première mi-temps, on a été trop fébriles. Par la suite, on a vraiment été corrects et on a bien mieux joué. »

Tom Ecochard ( Demi de mêlée, USAP Perpignan.) : « On se met en danger tout seul en début de match et ils en profitent. C’est logique. À la pause, on a parlé tactique, mais on a surtout changé d’état d’esprit. Les Biarrots nous ont clairement bien emmerdés en première période. À la mi-temps, on a changé 2, 3 trucs. Cela a bien fonctionné. Je crois que le moment clé, c’est cet essai en début de deuxième mi-temps qui nous fait du bien dans les têtes. De là, on s’est dit qu’on peut clairement gagner. Et après, ça s’est bien mieux passé. Mais, il faut faire attention à Biarritz, ils ont vraiment une très belle équipe et l’ont démontré encore une fois ce soir, chez nous ! »

Partager l'article :

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur telegram
À LA UNE

Sète : Soirée hommage à Manitas de Plata, samedi 7 août

Le rendez-vous est fixé samedi 7 août au Théâtre de la Mer pour une soirée hommage à Manitas de Plat. Un belle soirée en perspective en compagnie du soliste, et...

Nîmes : « Les Nuits de Nemaus », à découvrir les 5, 6, 9 et 10 août

Sauf restrictions sanitaires de dernière minute, quatre représentations des Nuits de Nemaus seront organisées les 5, 6, 9 et 10 août. Totalement remaniée en 2021, cette 2e édition propose de...

SOUTENEZ LE MOUVEMENT

Soutenez Le Mouvement !

Votre don est défiscalisable à hauteur de 66% !

Je participe
VIDÉO, INTERVIEW, ÉMISSIONS​
LES PLUS LUS
ANNONCES LÉGALES

Annonces Légales

Sur Le Mouvement, publier une annonce légale n'a jamais été aussi facile et économique​.