Nicolas Bedel de Buzareingues, bâtonnier du conseil de l’ordre des avocats de Montpellier
Nicolas Bedel de Buzareingues, bâtonnier du conseil de l’ordre des avocats de Montpellier (©LMI)
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur telegram

25 février 2021. Audience relative au droit fondamental d’accéder à un avocat, mis en péril par les mesures sanitaires. « C’est attentatoire à la liberté de se défendre pour tout justiciable, qui est une liberté fondamentale. Ce ne sont pas les avocats que l’on va défendre, ce sont les justiciables, » affirme Nicolas Bedel de Buzareingues, bâtonnier du conseil de l’ordre des avocats de Montpellier.

« C’est la suspension d’exécution de ce décret que nous allons demander au Conseil d’État, » précise aussi Nicolas Bedel de Buzareingues, quelques minutes avant de prendre la direction de Paris. Décrets, arrêtés, circulaires, pandémie… L’Ordre des avocats de Montpellier a saisi le Conseil d’État en référé-liberté. Comprendre : un référé-liberté permet d’obtenir du juge des référés « toutes mesures nécessaires » à la sauvegarde d’une liberté fondamentale, à laquelle l’administration aurait porté atteinte de manière grave, et manifestement illégale. À suivre…

Une question se pose : alors que cette crise sanitaire semble s’installer dans la durée, les mesures actuelles sont-elles un risque pour l’accès aux droits de tous, et plus particulièrement pour les plus précaires ?

[VIDEO] Interview Nicolas Bedel de Buzareingues :

« Le droit pour toute personne de pouvoir accéder à la justice, parce que la justice est un pilier de la démocratie »

Pour Sophie Mazas, avocate au barreau de Montpellier : « on bascule sur une procédure écrite. Par le biais du sanitaire, on a retiré énormément d’oralité des débats et donc on bascule sur un droit à l’anglo-saxonne, au détriment d’un droit romain qui est plus ancré sur la défense des personnes. »

[VIDEO] Interview de Sophie Mazas, avocate au barreau de Montpellier :

État d’urgence sanitaire jusqu’au 1er juin 2021

Instauré pour deux mois par la loi du 23 mars 2020, l’état d’urgence sanitaire avait été prolongé jusqu’au 10 juillet. La loi du 9 juillet 2020 organisant la sortie de l’état d’urgence sanitaire avait mis en place un régime transitoire à partir du 11 juillet qui autorisait le gouvernement à prendre des mesures exceptionnelles jusqu’au 31 octobre 2020, pour faire face à l’épidémie de Covid-19.

L’état d’urgence sanitaire sur l’ensemble du territoire national a été déclaré par décret à compter du 17 octobre 2020 à 00 heure. La loi du 14 novembre 2020 a prolongé une première fois, l’état d’urgence sanitaire jusqu’au 16 février 2021. Et dernièrement, la loi du 15 février 2021 le prolonge jusqu’au 1er juin 2021.

Partager l'article :

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur telegram
À LA UNE

Montpellier : Suivez le Conseil de Métropole du 28 juillet, en direct

114 affaires sont à l’ordre du jour du Conseil de Métropole La séance peut être suivie en direct, à partir de 9h30. Vous pouvez retrouver l’ordre du jour du conseil...

Nîmes : La Ville recrute 40 animateurs périscolaires

Pour amorcer la rentrée scolaire de septembre, la Ville recrute une quarantaine d’animateurs pour assurer les temps périscolaires dans les écoles municipales maternelles et primaires. Ces jobs étudiants proposent d’encadrer...

SOUTENEZ LE MOUVEMENT

Soutenez Le Mouvement !

Votre don est défiscalisable à hauteur de 66% !

Je participe
VIDÉO, INTERVIEW, ÉMISSIONS​
LES PLUS LUS
ANNONCES LÉGALES

Annonces Légales

Sur Le Mouvement, publier une annonce légale n'a jamais été aussi facile et économique​.