Collège Croix d'argent à Montpellier (© Illustration)

Dans un communiqué, une partie du personnel du collège Croix d’argent de Montpellier dénonce « la baisse dramatique des moyens d’enseignement alloués à leur établissement pour la rentrée 2021 et cela en pleine crise Covid. »

Pour les représentants du personnel du collège Croix d’Argent, il s’agit de protester « contre l’insuffisance de la DHG (dotation horaire globale) c’est-à-dire le nombre d’heures d’enseignement alloué par les autorités académiques à notre établissement. Après avoir rejeté la répartition de la DHG par deux fois au Conseil d’administration une délégation de représentants des personnels et des parents d’élèves sera reçue au rectorat mercredi 10 février à 15h30. »

Pour les membres du personnel, concrètement, « le taux d’encadrement des élèves baisse et cette diminution des moyens se traduit par des effectifs plus chargés par classe et l’obligation d’abandonner des dispositifs propres à compenser partiellement cette augmentation (par exemple les dédoublements). »

« Nous sommes très inquiets de la sous-dotation de notre établissement, d’autant que nous allons devoir accueillir 31 élèves de plus à la rentrée prochaine ce qui élèvera l’effectif total du collège à 810 élèves, dans un établissement qui accueillait 500 élèves, il y a dix ans. »

En pleine crise sanitaire et alors qu’un nouveau collège est prévu à Port Marianne dans 2 ans, les encadrants tirent la sonnette d’alarme, « pour fonctionner à la rentrée 2021 avec le même taux d’encadrement qu’en 2018, il nous manque 50 heures d’enseignement, soit l’équivalent de trois postes d’enseignants. Cette réduction drastique nous contraindra à supprimer des dispositifs d’accompagnement des élèves. »

Les représentants du personnel du collège Croix d’Argent demandent, notamment, pour faire face à cet accroissement deux postes de surveillants supplémentaires et trois postes d’AESH.

Partager l'article :