[Communiqué de presse] Police floutée, libertés flouées!

Illustration France insoumise (CR LFI)

Il est inconcevable que des journalistes soient placés en garde à vue pour avoir exercé leur métier. L’arrestation et la détention d’un journaliste de France 3 dans la nuit  du 17 novembre constituent une grave atteinte à la liberté d’informer.

Il est inconcevable que le Haut Commissariat aux Droits de l’Homme de l’ONU rappelle à l’ordre notre pays pour pour signaler la dangerosité du projet de loi « relative à la sécurité globale ». C’est un affront pour notre patrie, celle des Droits de l’Homme et du Citoyen.

Il est inconcevable que le ministre de l’Intérieur défende l’idée qu’une attestation, accordée par le Préfet, soit nécessaire aux journalistes pour couvrir des manifestations.

Comme tous les autres salariés de ce pays, les policiers paient au prix fort les  choix économiques austéritaires du gouvernement qui préfère supprimer l’ISF plutôt que  de financer l’ensemble des Services publics.

Nous connaissons la difficulté du métier de  policier : effectifs insuffisants, manque criant de moyens, faibles salaires, dangerosité…

Nous souhaitons même davantage de policiers dans certains de nos quartiers laissés à l’abandon et fracassés par le banditisme et les trafics.

Pour autant, nous n’acceptons pas le signal envoyé à travers la loi dite « Sécurité  Globale ». Dans un État de droit, la force publique doit pouvoir être contrôlée par les  citoyens, par la presse et par des instances indépendantes.

Aucune loi ne doit empêcher la presse et les citoyens de dénoncer les abus  policiers. 

Nous voulons une police respectueuse en toutes circonstances de nos principes  républicains.

Nous voulons une police qui soit au service du peuple et non au service d’une  caste qui use et abuse de la force pour préserver ses intérêts.

Par conséquent la France Insoumise de Montpellier appelle à se joindre à la manifestation montpelliéraine pour exiger le retrait de la proposition de loi Sécurité Globale.

Samedi 21 novembre à 11 h devant l’Hôtel de Police (205 rue du Comte de Mergueil)

La France insoumise de Montpellier