Bassin de Thau : Quand la culture reprend ses droits

Claire Aldaya (voltigeuse), Michel Arrouy (maire de Frontignan), Sandrine Mini, directrice de la Scène Nationale (CR LLS)

La culture fait front autour du bassin de Thau.

VOIR AUSSI : Cause animale : « Plus une société se montre bienveillante envers les animaux, plus elle l’est envers les humains. »

Après une version réduite et adaptée du FIRN (festival international du roman noir) en septembre, des rencontres au Cinémistral, la ville de Frontignan accueille, en partenariat avec la Scène Nationale, le chapiteau rouge et blanc de la compagnie Akoreacro sur le site de l’ancien stade de la Peyrade.

Programmé en mars dernier par Sandrine Mini, directrice du théâtre Molière puis annulé pour cause de Covid-19, le spectacle « Dans ton cœur » sera présenté pendant 4 jours (de jeudi à dimanche*) pour le plus grand bonheur de la troupe (et du public) qui avait dû annuler sa tournée à l’époque. Un spectacle explosif entre portés acrobatiques, musique en direct et numéros de trapèze à couper le souffle.

« Cette forme de cirque contemporain est peu connue du grand public, confie Claire Aldaya, voltigeuse de la Cie. Avec tout ce qui passe en ce moment pour les cirques traditionnels (l’interdiction progressive des animaux sauvages dans les cirques, NDLR), c’est très important pour nous d’être là aujourd’hui ».

Le spectacle respecte bien sûr les normes sanitaires avec une jauge de 300 places au lieu de 500 ainsi que la suppression du premier rang et un espacement par groupes de personnes. « Nous devons faire attention aux gestes barrières, insiste Michel Arrouy, maire de Frontignan, mais il faut continuer à vivre et ne pas tomber dans la sinistrose. »

Rassurer le public, c’est ce que Sandrine Mini et son équipe, se sont attelés à faire pour qu’il soit au rendez-vous lors de cette saison 2020-2021.

« C’est très complexe de lui faire comprendre qu’au théâtre Molière (et dans le chapiteau), nous sommes plus en sécurité que lorsque nous allons au supermarché. La culture était déjà un secteur fragilisé. Aujourd’hui, il est en danger. Nous ne pouvons pas laisser tomber les artistes tout comme les techniciens ».

La culture manque assurément au public qui, depuis quelques mois, en est privé. La saison culturelle de la Scène Nationale qui débute en beauté avec Bertrand Belin ce soir au théâtre Molière, va, sans nul doute, combler ce vide.

*Jeudi 8, vendredi 9, samedi 10 à 20h30 et dimanche 11 à 16h