Espace de vie, les plages ne sont pas uniquement un bien de consommation pour touristes. Elles sont les espaces naturels de nombreuses communes du littoral, elles remplacent parcs et jardins, et leur usage aide à rester en contact avec la nature. 

12km de plage, c’est pour la ville de Sète. Facile d’y respecter la distanciation physique, un exercice plus simple que dans un supermarché. Une question se pose : l’interdiction stricte d’accès aux plages qui a été décidée au niveau national est-elle justifiée ?

Pour Nicolas Ripoll, Marie-Thérèse Mattera et Erwan Follézou, c’est clair que non ! L’idée du Premier ministre de maintenir leur fermeture jusqu’au début du mois de juin étonne. Respectivement, membre du collectif Sèt’ensemble, médecin généraliste à Sète, et capitaine de Marine marchande, ils ont lancé une pétition en ligne : pour un accès libre et responsable aux plages et à la mer durant la pandémie de covid-19 !

« Le 11 mai, ne sera pas le début de l’insouciance«  martelait hier encore Édouard Philippe, devant le Sénat. Mais en trois interrogations, cette pétition révèle toute la logique qu’il y a de remettre à disposition ces espaces naturels :

  • Comment expliquer à nos enfants, encouragés à reprendre l’école, qu’il leur est impossible de jouer sur les plages et de s’y baigner ?
  • Comment comprendre qu’il est moins risqué de courir en rond en centre-ville, plutôt que de pratiquer une activité sportive individuelle sur l’eau comme le surf ?
  • Comment justifier la privation d’espace naturel, alors même que nous en avons besoin pour faire barrière au virus ?

Pour signer la pétition en ligne c’est ici : pour un accès libre et responsable aux plages et à la mer durant la pandémie de covid-19 !