Alors que la fin du confinement se profile à l’horizon, FNE Languedoc-Roussillon et le Comité territorial 34 de la FFME proposent quelques conseils pour éviter que le retour sur les falaises impacte la biodiversité.

VOIR AUSSI : Frontignan : Le lieu d’accueil enfants/parents (LAEP) reste à l’écoute

Ces derniers mois, seuls les humains ont été confinés. En pratique, de nombreuses espèces d’oiseaux ont redécouvert la tranquillité, pendant le confinement.

Réapprendre la cohabitation avec les oiseaux

Si la plupart des espèces les plus sensibles avaient déjà niché au début du confinement, il est possible que certains oiseaux se soient néanmoins installés sur des falaises habituellement fréquentées par les sportifs de l’Occitanie.

Selon France Nature Environnement Languedoc-Roussillon (FNE LR), les espèces les plus susceptibles d’être croisées sont le Faucon crécerelle, le Faucon pèlerin et Grand-duc d’Europe.

Afin de limiter les risques de dérangements trop perturbants, pendant la période sensible de mai et juin, les grimpeurs sont invités à prêter une attention accrue à la présence de la faune sauvage et en particulier aux mouvements des oiseaux, avant de se lancer à l’assaut des falaises.

En cas de nidification, pour FNE LR, il conviendrait d’arrêter de grimper sur le secteur, d’indiquer la présence des oiseaux aux autres pratiquants et d’alerter les éventuels clubs gestionnaires pour qu’ils neutralisent les voies le temps de la nidification.