[Tribune] Arrivé deuxième, lors du premier tour des élections municipales à Lunel, Pierre Soujol livre son analyse dans une tribune, de l’après-crise sanitaire et propose notamment pour la reprise, « Des États généraux de la vie économique et sociale du Pays de Lunel ».

VOIR AUSSI : Lunel : Résultats du premier tour des élections municipales du 15 mars 2020


Après l’urgence, rebondir ensemble.

Fin avril 2020. Le pire de la crise sanitaire semble surmonté par les mesures mises en œuvre et, surtout, par la mobilisation exceptionnelle de tous les acteurs de la santé. Malgré les considérables efforts déployés des milliers de familles connaissent la maladie, la douleur et le deuil.

Aujourd’hui le pays s’apprête à aborder une nouvelle séquence, avec la reprise progressive de la vie sociale et des activités économiques.

Cette période inédite à l’échelle d’une existence humaine a déjà changé notre regard sur le monde qui nous entoure et notre vision de l’avenir que nous voulons construire. Les responsables publics, même les plus modestes, sont évidemment concernés par ces interrogations collectives. C’est à ce titre, qu’avec mon équipe, nous avons souhaité réfléchir, sur les leçons de cette épreuve et sur les pistes pour en sortir.

L’exigence absolue a d’abord été d’endiguer au mieux l’épidémie pour en limiter sa propagation et éviter l’implosion de nos hôpitaux. A ce titre, nous ne pouvons que louer le sens de la responsabilité des Françaises et des Français qui, dans leur grande majorité, ont respecté les mesures de confinement malgré leur impact au quotidien.

Mais le coût de l’arrêt brutal de la vie économique et sociale s’avère chaque jour plus insupportable. Dans le bassin d’emploi lunellois, déjà fortement touché par le chômage, les dégâts s’annoncent considérables, en particulier pour les petites entreprises, les exploitations agricoles ou les commerces de proximité.

Pour faire face à l’urgence, des dispositifs financiers de grande ampleur ont été bâtis par l’État, les collectivités et les institutions financières européennes et nationales.

Ces moyens exceptionnels doivent être déclinés et relayés au niveau local, dans chaque territoire pertinent, c’est à dire, le plus souvent, à l’échelle intercommunale, parfois communale.

Pour le lunellois, une cellule pluri-disciplinaire animée par la communauté de communes, regroupant toutes les compétences utiles, pourrait recenser le plus exhaustivement possible les difficultés de chaque entreprise pour cibler les dispositifs, orienter vers les ressources disponibles et appuyer les démarches adéquates.

Ce travail pourrait s’appuyer sur un diagnostic global de notre tissu économique et social réalisé collectivement par tous les acteurs  (organisations professionnelles, chambres consulaires, plate-forme d’initiatives locales, collectivités… ) à l’occasion “ d’états généraux ” de l’économie lunelloise.

« Des États généraux de la vie économique et sociale du Pays de Lunel »

Une autre piste de réflexion pour bâtir une stratégie économique adaptée est celle de la proximité et de la qualité. Favoriser les circuits courts, les productions agricoles extensives, les pratiques respectueuses de l’environnement…autant d’exigences économiques, mais aussi sanitaires et environnementales.

L’outil adapté pour relancer et orienter notre vie économique est plus que jamais l’intercommunalité. Elle doit pleinement remplir son rôle d’animateur et de chef de projet en utilisant à plein ses compétences. Sa transformation rapide en communauté d’agglomérations lui donnerait les nouveaux moyens financiers et institutionnels nécessaires.

La gestion de cette crise inédite et de ses nombreuses conséquences met en évidence le rôle majeur des collectivités territoriales, singulièrement celui des élus de proximité. Elle leur confère des responsabilités nouvelles, accrues, qui impliquent une vision novatrice, multi-dimensionnelle, et des compétences multiples.